[Tutoriel] Calculer automatiquement des écart-types à l’aide d’une feuille de calcul

Je pense que pour vous comme pour moi, rédiger des comptes-rendus de bilan n’est pas une partie de plaisir. Je pensais qu’avec les années j’arriverais à les faire de plus en plus rapidement, mais ce n’est pas vraiment le cas.

J’ai quand même 3 astuces principales pour gagner un peu de temps :

  • utiliser des modèles de comptes-rendus,
  • utiliser un logiciel de dictée vocale (tutoriel à venir sous peu),
  • utiliser des feuilles de calculs pour analyser les résultats des épreuves,

En ce qui concerne ces dernières, je sais qu’elles circulent régulièrement sur les réseaux, vous pouvez trouver par exemple certains tableaux sur Pontt. Mais l’une de mes lectrices m’a demandé aujourd’hui comment elle pouvait rentrer les formules dans Excel pour en créer elle-même.

Utiliser Libre Office pour calculer automatiquement les écart-types à partir des notes brutes

Voici donc un petit tutoriel créé avec l’outil Classeur de Libre Office (fonctionne exactement de la même manière avec Microsoft Excel, sauf mention contraire de ma part)

Tout d’abord il faut créer un tableau « classique » avec les colonnes suivantes : nom de l’épreuve, note brute du patient, écart-type du patient, moyenne de la population, écart-type de la population.

Ensuite vous allez reporter les données de votre tableau papier dans votre feuille de calcul (bien vous relire pour vérifier qu’il n’y a pas d’erreur de frappe).

Il s’agit maintenant de créer la formule qui va calculer l’écart-type du patient en fonction de sa note brute, de la moyenne et de l’écart-type de la population. Pour cela :

  • Placez-vous dans la première case de votre colonne « écart-type du patient » (ici C2).
  • Tapez le signe égal, ouvrez une parenthèse puis cliquez sur la première case de votre colonne « note brute du patient » (ici B2).
  • Tapez le signe – et cliquez sur la première case de la colonne « moyenne de la population » (ici D2).
  • Fermez la parenthèse, tapez le signe /, puis cliquez sur la première case de la colonne « écart-type de la population » (ici E2).
  • Vous devez maintenant obtenir une formule du type        =(B2-D2)/E2
  • Validez en appuyant sur Entrée

Vous pouvez maintenant vérifier que votre formule fonctionne bien en testant différentes valeurs dans la première case de votre colonne « note brute » (ici B2) et voir les effets sur votre écart-type nouvellement calculé.

Pour les lignes suivantes le travail va être beaucoup plus simple, il ne vous reste plus qu’à vous placer dans le coin inférieur droit de la case dans laquelle vous aviez créé votre formule jusqu’à ce que votre curseur se transforme en une croix. Cliquez à cet endroit-là, et faites glisser votre curseur sur les cases en dessous en maintenant le bouton de la souris appuyé. Et voilà, la formule a été recopiée vers le bas, et le nom des cellules s’est automatiquement ajusté.

Si on vérifie, dans la case C3, la formule est donc =(B3-D3)/E3 et dans la case C4 =(B4-D4)/E4

Si vous souhaitez enlever des décimales dans l’affichage de vos résultats, cliquez tout simplement sur la petite icône surlignée en jaune sur l’image suivante.

Changer la couleur du fond d’une case en fonction du résultat

Pour aller plus loin, il est possible de formater un peu les résultats pour que les épreuves très chutées soient mises en valeur.

Dans Libre Office

Sélectionnez les cases concernées et cliquez sur « Format » > « Formatage conditionnel ».

Complétez les cases tel qu’indiqué dans la copie d’écran ci-dessous (en changeant les valeurs si vous souhaitez en utiliser d’autres).

Pour changer le remplissage de la cellule il va falloir créer un Nouveau Style, et dans le menu qui apparait choisir une couleur d’arrière-plan.

Validez et désormais la couleur de votre case changera automatiquement, en jaune pour les résultats compris entre -1,5 et -2 ET, et en rouge pour ceux inférieurs à -2 ET.

Dans Microsoft Excel

Sélectionnez les cases concernées et cliquez sur « Mise en forme conditionnelle » > « Nouvelle règle ».

Complétez les cases tel qu’indiqué dans la copie d’écran ci-dessous (en changeant les valeurs si vous souhaitez en utiliser d’autres).

Validez et désormais un petit feu tricolore s’affichera automatiquement dans votre case, en vert si le résultat est supérieur à -1,5 ET, en jaune s’il est compris entre -1,5 et -2 ET, et en rouge s’il est inférieur à -2 ET.

Pour enregistrer vos tableaux d’étalonnage pensez à utiliser les modèles de documents (extension .ots sous Libre Office, .xlt ou .xltx avec Microsoft Excel).

Voilà, j’espère que ce tutoriel vous aura aidé à créer de belles feuilles de calcul et vous permettra de gagner du temps dans l’analyse des résultats de vos patients.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis sur Twitter ou Facebook, et inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir tous les nouveaux billets d’Ortho & Co directement dans votre boîte mail.

[Tuto vidéo] Créer un exercice avec l’outil de dessin de Libre Office

Dans nos cabinets d’orthophonie, les nouvelles technologies sont arrivées il y a bien longtemps. Et certainement qu’à une époque, les « mini-ordinateurs mécaniques » comme ceux utilisés dans la méthode Lexidata® faisaient partie de ces nouvelles technologies !

Depuis nous avons certes investi dans des ordinateurs puis des tablettes tactiles, mais je suis sûre que chez certains comme chez moi, le « boitier magique » fonctionne encore.

J’ai notamment un patient dyslexique (phonologique) qui adore ce boitier. Du coup, j’ai décidé de créer des fiches pour travailler spécifiquement sur l’une de ses difficultés, à savoir les groupes consonantiques complexes. Très exactement j’ai choisi de travailler sur la discrimination des sons /r/ et /l/ à l’intérieur des mots, et en particuliers des mots contenant des groupes consonantiques complexes.

Pour cela, j’ai utilisé les pictogrammes ARASAAC et le logiciel Libre Office. Et comme je suis sympa, je vous ai concocté un petit tutoriel vidéo pour vous présenter une technique rapide permettant de créer de nouvelles fiches sur le même modèle.

Je vous offre également plusieurs documents en téléchargement (cliquer sur le nom du fichier pour le télécharger) :

Tous ces documents sont disponibles sous licence Creative Commons (BY-NC-SA).

Si vous vous lancez dans la création de nouvelles fiches à partir de ce modèle de document n’hésitez pas à me les envoyer pour que je les partage ici !

Vous aimez ce tutoriel et/ou ces cadeaux ? Je ne vous demande qu’une chose en échange : partagez cette page avec vos amis et collègues !
Pour cela rien de plus simple, vous avez à votre disposition les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+) mais aussi le mail. Vous pouvez d’ailleurs vous inscrire à la Newsletter pour recevoir directement les nouveaux articles dans votre boîte mail, et les transférer facilement à vos amis !

Redimensionner une image

Faire des redimensionnements dans Word

Il y a quelques semaines, l’une de mes lectrices m’a demandé comment redimensionner une image dans Microsoft Word. En effet, elle est souvent amenée à créer des documents personnalisés pour ses patients autistes, et se retrouve avec des images surdimensionnées qu’elle a du mal à manipuler. Je lui ai donc indiqué la procédure à suivre dans une petite vidéo, qui pourra peut-être servir à d’autres donc je vous la remets ici.

En réalité son principal problème vient du fait que les images qu’elle insère dans ses documents ont une taille trop importante. Ce sont souvent des photos envoyées par email par les parents des patients, et dont on peut supposer qu’elles n’ont pas été redimensionnées. Forcément, un document Word contenant un ou plusieurs fichiers de 5Mo ça doit être lourd à manipuler.

La solution ? Redimensionner les images avant de les insérer dans le document.

Utiliser un logiciel pour faire un traitement en amont

Pour cela je vous propose d’utiliser « Image Resizer 4 « , qui est le logiciel que j’utilise pour redimensionner les images sur ce blog (sinon adieu l’affichage rapide de la page d’accueil).

Pour cela, commencez par télécharger le logiciel et lancer son installation. Cette dernière est relativement simple, mais si vous ne faites pas attention vous allez installer tout un tas de barres d’outils inutiles sur votre ordinateur (attention voir dans les commentaires si vous avez des soucis pour afficher certains sites internet après l’installation). Choisissez donc la « Custom Installation » et décochez toutes les cases.

Sur la page suivante, décochez également toutes les cases (contrairement à ce que vous montre la copie d’écran suivante).

A la fin de l’installation, il vous faudra redémarrer votre ordinateur.

Vous pourrez ensuite lancer le logiciel et l’utiliser tout de suite (un message vous est proposé à chaque démarrage de l’application, cliquez tout simplement sur « continuer »).

Ce que je vous propose, c’est de créer un profil nommé « Word » (par exemple) dans lequel vous enregistrerez toutes les caractéristiques des images que vous souhaitez utiliser ensuite dans le logiciel.

Pour cela, passez dans l’onglet « options » et cliquez sur la flèche orange en bas à gauche de la fenêtre (pour basculer en mode expert si vous n’y êtes pas déjà). Cliquez ensuite sur la petite feuille blanche pour créer un nouveau profil.

Renseignez le nom du profil.

Pour les dimensions, je vous suggère une largeur fixe de 12 cm (qui donnera une image facilement manipulable dans Word, tout en conservant une assez bonne qualité). Décochez la case à côté de la hauteur, pour que cette dernière soit calculée automatiquement.

Vous pouvez également choisir l’endroit dans lequel seront sauvegardées vos images redimensionnées. En mettant par exemple .\redim dans le champ « Destination » vos images seront enregistrées dans un sous-répertoire du dossier d’origine. Ce sous-répertoire sera nommé « redim ». Vous pouvez bien entendu choisir un autre nom mais pensez bien à laisser le .\ pour créer un sous-répertoire du dossier d’origine.

Pensez enfin à sauvegarder votre nouveau profil en cliquant sur la petite icône en forme de disquette.

Maintenant pour redimensionner des images il vous suffit de les sélectionner dans votre Explorateur Windows, et de faire un clic droit > Light Image Resizer. Le logiciel va se lancer automatiquement. Cliquez sur « Continuer », vérifiez que votre profil « Word » est bien sélectionné, cliquez sur OK, et voilà !

En moins de 30 secondes vous venez de créer des copies beaucoup plus légères de vos images d’origine.

Et vous ? Comment utiliseriez-vous une telle application dans votre quotidien d’orthophoniste ? Êtes-vous amenés à créer souvent du matériel personnalisé à partir de photos ?

[Tutoriel] Création d’un jeu de loto avec Picto Selector et Paint

Je continue mon travail sur le dénombrement avec ma petite patiente autiste. Grâce entre autres aux exercices effectués avec l’application « 10 doigts », elle arrive désormais à associer des collections de doigts à des nombres arabes. Mais je voudrais maintenant qu’elle dénombre des collections d’images, et surtout qu’elle produise des groupes nominaux comprenant des adjectifs numéraux cardinaux du type « trois éléphants ».

Comme elle aime bien les jeux de loto, j’ai donc créé un jeu de dénombrement pour elle. Je vous propose aujourd’hui le tutoriel pour fabriquer un jeu identique, en vous servant des logiciels Picto Selector pour la trame du jeu, et Microsoft Paint pour la modification des images.

Pour commencer il s’agit de créer la trame du jeu de loto dans Picto Selector. J’ai donc créé une nouvelle feuille et j’ai choisi une disposition « A4 Paysage Dynamique » avec 5×4 pictogrammes par page.

Ensuite il faut créer un « Texte Picto » pour le chiffre 1. Pour cela j’ai fait 2 lignes de texte : une ligne vide, et une ligne avec le chiffre 1. J’ai ensuite choisi une police de taille 100 pour le chiffre 1, j’ai centré l’ensemble du texte, et j’ai joué sur la taille de police pour ma première ligne jusqu’à ce que le chiffre 1 soit au milieu de mon picto en terme de hauteur.

J’ai copié-collé ce chiffre 9 fois et j’ai modifié chacun des pictos pour avoir la première planche de mon loto : les nombres de 1 à 10.

Pour ajouter les images, j’ai utilisé l’option « afficher pictos » afin d’obtenir le menu de recherche de Picto Selector. J’ai ensuite glissé-déposé l’image choisie à l’aide de ce menu de recherche dans le logiciel Paint (ex ici : une fraise).

Puis j’ai modifié mon image dans Paint en la redimensionnant puis en faisant du copier-coller (pour en obtenir 7 dans le cas des fraises). J’ai alors enregistré ma nouvelle image comprenant 7 fraises dans un nouveau fichier en la nommant adéquatement. Et j’ai procédé de même pour toutes les autres images.

Après cela je suis retournée dans Picto Selector et j’ai choisi d’ajouter un « Photo picto ». Pour aller plus vite il m’a suffit de glisser-déposer le fichier image précédemment créé (« 7_fraises.jpg » ou « 2_ananas.jpg » dans mon cas) dans l’interface de création des pictos photos. A refaire pour tous les fichiers et voilà les images de mon jeu de loto.

Enfin j’ai fait divers copier-coller (un petit raccourci clavier au passage : touches CTRL + C pour copier, CTRL + V pour coller) pour organiser les planches de mon jeu de loto.

Si cela vous intéresse vous pouvez télécharger mon jeu de loto en cliquant ici. Le jeu est disponible sous licence Creative Commons (BY-NC-SA). Il est prévu pour être imprimé recto-verso :

  • page 1,  recto : planche nombres puis cartes animaux, planche nombres puis cartes fruits,
  • page 2, verso : planche côté animaux, cartes côté blanc, puis planche côté fruits et cartes côté blanc,
  • page 3,  recto : planche nombres puis cartes vêtements, planche nombres puis cartes instruments,
  • page 4, verso : planche côté vêtements, cartes côté blanc, puis planche côté instruments et cartes côté blanc.

Il est donc possible de jouer de 2 manières : soit en associant les images strictement identiques, soit en associant chaque image au nombre correspondant.

Si vous avez aimé ce tutoriel et/ou ce jeu, n’hésitez pas à le partager avec vos amis, à cliquer sur « J’aime », à Tweeter, ou encore à vous inscrire à la Newsletter pour obtenir directement les nouveaux articles dans votre boîte email dès qu’ils sont publiés !

[Tuto vidéo] Créer un exercice avec l’outil de présentation de Libre Office

Dans l’article sur l’usage du clavier, j’avais pour ceux qui s’en souviennent proposé un petit exercice dans lequel il s’agissait de compléter un questionnaire sans se servir de la souris. J’avais profité de l’exercice pour poser la question suivante : « Quel sujet aimeriez-vous que j’aborde sur Ortho & Co ? » et parmi les réponses, quelqu’un avait noté « ppt et openoffice ».

C’est vrai que moi aussi j’ai toujours rêvé de savoir créer des présentations comme celles d’Agnès Desjobert, Christine Bathélémy et tant d’autres que l’on trouve régulièrement en partage sur pontt.

Sauf que je ne savais pas faire…

J’ai donc pris mon courage à deux mains, et j’ai commencé à farfouiller dans les différentes possibilités du logiciel (et tant qu’à commencer de zéro, j’ai choisi la suite Libre Office). Autant vous dire que j’ai eu du mal à trouver certaines options (mais comment faire pour qu’un clic sur le fond de la diapo ne mène pas automatiquement à la diapo suivante ?) et donc pour vous simplifier la vie si jamais vous souhaitez vous aussi créer des présentations, je vous ai préparé un petit tutoriel vidéo.

A priori cela fonctionne presque de la même façon avec le logiciel PowerPoint de Microsoft et avec l’outil de présentation d’Open Office donc vous devriez pouvoir vous y retrouver même si vous n’utilisez pas Libre Office (bien que je vous encourage vivement à le télécharger).

Ah et si vous ne l’avez pas vu, j’ai fait il y a quelques temps un petit article pour Pontt sur le logiciel Kid Key Lock, qui permet de bloquer ponctuellement l’usage de certains boutons de la souris. C’est le parfait complément à toute présentation !

A vous de jouer !

Si vous vous lancez dans la création d’une présentation et que vous êtes bloqué n’hésitez pas à me poser des questions sur l’utilisation du logiciel, je me ferai un plaisir d’y répondre.

Vous pouvez également vous servir des commentaires, de la page Facebook ou même de Twitter pour me faire des propositions d’articles ou de tutoriels.

Utiliser les touches du clavier pour se déplacer

Si je vous demande à quoi sert un clavier vous allez surement me regarder avec des gros yeux et me répondre qu’il vous sert à taper du texte. Certes, je suis d’accord avec vous, un clavier sert à taper du texte, mais il peut également servir à d’autres choses.
Aujourd’hui par exemple nous allons voir comment on peut utiliser les touches du clavier pour se déplacer dans un document, un formulaire ou une page web.

Pourquoi se servir d’un clavier pour se déplacer quand on possède une souris ?

Que vous arriviez à taper avec vos dix doigts ou que vous ne serviez que d’une seule main lorsque vous êtes en train de rédiger un texte, la main qui utilise habituellement la souris est placée au niveau du clavier.
Il est donc plus rapide et plus économe en mouvement de ne pas avoir à la déplacer pour aller chercher la souris quand il s’agit tout simplement de changer de case dans un formulaire, de replacer un curseur en fin de ligne ou autre manipulation simple.

La touche « Entrée »

On commence simplement par la touche « Entrée ». Bien entendu vous la connaissez déjà, elle vous sert à aller à la ligne lorsque vous rédiger un texte. Mais avez vous déjà penser à valider un formulaire sur internet en l’utilisant ?
Une commande OrthoEdition, hop hop, vous rentrez votre adresse et plutôt que d’aller chercher la souris pour valider votre commande il ne vous reste qu’à appuyer sur la touche « Entrée ».

La touche « Tabulation »

Celle-ci permet de mettre une tabulation (= décaler le début d’une ligne) dans un texte, mais également de se déplacer horizontalement dans les formulaires et les tableurs.
Il suffit d’appuyer sur la touche « tabulation » pour que le curseur se déplace dans la case suivante.

Petit exercice : rendez-vous sur cette page, et complétez le mini-questionnaire sans vous servir de votre souris (à l’aide des touches « Tabulation » et « Entrée »… et à vous de trouver).

Une application orthophonique ?
Utilisez la touche « Tabulation » pour vous déplacer dans vos tableurs d’étalonnage de test. Plus besoin d’attraper la souris entre deux chiffres à copier, et autant de temps gagné dans votre cotation !

Les touches « Début » et « Fin »

Elles permettent d’aller automatiquement au début ou à la fin d’une ligne. Pratique lors de la rédaction des comptes-rendus et la mise en page de documents.

Les touches « Page suivante » et « Page précédente »

Elles servent à se déplacer dans un document en se déplaçant de plusieurs lignes à la fois (l’équivalent d’une page d’affichage).
Elles sont pratiques pour vous déplacer dans un long document que vous lisez à l’écran, que ce soit un document pdf, word, ou même une page web.

Il existe ensuite de nombreuses combinaisons de touches qui peuvent vous permettre de gagner encore plus de temps mais je vais essayer de ne pas trop vous surcharger pour aujourd’hui.

[Edit du 04/12/2012 : voir cet article pour les combinaisons de touches]

Si vous souhaitez que je fasse un billet à ce propos n’hésitez pas à me le signaler dans les commentaires ou sur la page Facebook d’Ortho & Co !