[Tutoriel] Créer un jeu de cartes-textes avec Inkscape

Il y a quelques temps une de mes collègues a voulu créer du matériel en s’aidant d’une application iPad. Elle voulait faire des cartes contenant du texte, et cacher une partie de ce texte par des petits nuages. Elle a donc détourné l’application Kidspiration Maps pour créer son matériel, et voici le rendu :

kidspirationmapsSur le principe, pas de soucis, le rendu est très joli d’ailleurs. Sauf qu’en pratique ce n’est pas très simple à manipuler, les nuages passent facilement au deuxième plan dès que l’on redéplace le texte, il n’est pas possible de calibrer exactement la taille des cartes…

Du coup, je lui ai enregistré un petit tutoriel vidéo pour lui montrer comment avoir le même type de rendu plus rapidement et plus facilement avec le logiciel de dessin vectoriel gratuit Inkscape sur son ordinateur.

Détails techniques :

  • Pour ceux qui voient ce message dans la Newsletter, cliquez sur ce lien pour voir le billet en ligne et donc la vidéo : http://wp.me/p2CaRH-BO
  • N’hésitez pas à changer la définition de la vidéo en cliquant sur le petit engrenage et en choisissant : qualité 1080p.

Le début du tutoriel peut vous servir de base pour créer n’importe quel type de cartes avec du texte.

Voici le rendu en image :

inkscape nuagesVoilà, j’espère que cette vidéo vous servira et vous permettra de créer facilement le matériel que vous souhaitez.

N’hésitez pas à partager vos fichiers, à conditions qu’ils soient libres de droit.

D’ailleurs en parlant de cela voici ce que je rappelais sur un groupe Facebook il y a peu :

  • Quand on créé un jeu, on a tout à fait le droit de s’inspirer d’une règle/d’un principe de jeu existant. Attention cependant à ne pas faire un copier/coller d’une règle écrite, je parle ici de principe de jeu (ex : jeu de l’oie, mémory, jeu de familles, jeu de paires…)
  • Le nom, les listes de mots/images et les illustrations ne peuvent pas être repris car sont protégés par les droits d’auteurs, même si le jeu n’est plus édité.

[Tutoriel] Créer soi-même un jeu de type « Dobble »

La petite histoire

Je ne sais pas si vous connaissez le jeu « Dobble » mais moi il m’a toujours fascinée : comment est-il possible que sur 55 cartes, avec 8 dessins par carte, on ne retrouve toujours qu’un et un seul dessin commun à deux cartes ?

Ma curiosité a été d’autant plus aiguisée que j’ai vu certains collègues partager des jeux de ce type dans lesquels ils avaient remplacé les dessins par des mots ! Mais oui mais c’est bien sûr, voici un outil génial pour la rééducation, et qui change des jeux de familles et autres paires de cartes…

Craquer le code

Je me suis donc penchée sur la question et ai essayé de « craquer le code ». J’ai trouvé sur internet tout un tas de théories mathématiques (un peu trop complexes pour moi) et j’ai tourné les choses dans tous les sens pour finir par trouver une méthode de travail. Finalement j’en suis arrivé au résultat suivant : un beau tableau reprenant pour chaque carte (en colonne) tous les items qu’il faut utiliser.

dobble_1

Pour un jeu contenant 8 éléments par cartes il faut donc 57 éléments en tout, et l’on aura 57 cartes.

Manipuler Inkscape

Il me restait ensuite à trouver avec quel outil j’allais créer mon jeu. Et comme vous commencez à me connaître un peu, vous vous doutez bien que j’ai choisi Inkscape. En réalité je voulais créer plus qu’un simple jeu, je voulais créer une trame permettant de générer facilement et rapidement des jeux… et c’est donc ce que j’ai fait.

En jouant avec les calques et le clonage des éléments j’ai réussi à faire en sorte que l’on n’ait qu’à compléter les 57 mots sur les 8 premières cartes pour que les 49 autres cartes soient automatiquement générées. Ensuite il ne reste plus qu’à faire un peu de mise en page (vérifier que les mots ne se chevauchent pas par exemple) et à imprimer !

dobble_3

Modus Operandi

Pour ceux qui veulent se lancer dans la création d’un jeu de Dobble avec ma trame voici comment procéder :

  1. Créez une liste numérotée avec les 57 mots que vous souhaitez intégrer à votre jeu,
  2. Téléchargez la trame du jeu au format .svg,
  3. Ouvrez la trame avec le logiciel Inkscape (logiciel libre et gratuit que vous pouvez trouver ici),
  4. Sur le calque nommé page 1, modifiez un par un les 57 mots de votre liste. Attention, le mot_1 apparait sur les 8 cartes, vous n’avez à le modifier que sur la première carte. Déplacez éventuellement les mots qui se chevauchent.
  5. A l’aide du menu déroulant de gestion des claques, masquez la page 1 et affichez la page 2. Vérifiez que les mots ne se chevauchent pas. Procéder de même pour les pages 3 à 8.
  6. Exportez en bitmap les pages 1 à 8 en veillant à bien afficher et masquer les différents calques au fur et à mesure.

Et comme il est difficile d’être très précis dans les explications sans mettre d’images je vous ai préparé un petit tutoriel vidéo à voir ici.

Les fichiers à télécharger

Voici le document que vous pouvez télécharger, distribué sous licence Creative Commons (BY-NC-SA) :

Et cadeau bonus, le jeu de 57 cartes que j’ai créé avec des mots contenant le son /j/. Rien à modifier ou bidouiller, vous n’avez qu’à imprimer, plastifier et découper !
(au passage vous noterez que j’ai choisi de créer des cartes rectangulaires, parce que bon, les cartes rondes c’est très beau mais ça prend des heures à découper…)

Voilà j’espère que ce billet vous aura plu et que vous créerez tout un tas de nouveaux jeux à l’aide de cette trame.

N’hésitez pas à partager cet article avec vos connaissances, à cliquer sur « j’aime », à tweeter, ou encore à vous inscrire à la Newsletter pour recevoir les prochains billets d’Ortho & Co. directement dans votre boite email.

[06/09/2013]

Vous noterez que je ne partage plus les grilles, qui sont soumises à copyright.

Par ailleurs si vous n’avez pas envie ou pas le temps de créer/imprimer/plastifier/découper sachez qu’il existe en réalité des jeux édités par AB ludis : les jeux de Tam Tam. Pas chers (entre 9€ et 12€) ils sont déjà prêts, ont de belles illustrations et font la paire entre images et mots.

[Tuto vidéo] Créer un pavage d’images avec Inkscape

Dans mes rééducations logicomathématiques, j’ai fréquemment besoin de petites images de « cadeaux » à coller derrière les cartes des jeux de classification ou d’inclusion que je fais avec mes patients. Ceci étant, je ne trouve pas très amusant de passer la demi-heure de la séance à dessiner des vélos, des chapeaux ou autres paires de lunettes.

J’ai donc décidé de plutôt créer un « catalogue de cadeaux » dans lequel les patients peuvent piocher. J’imprime des planches d’images toutes identiques, je les mets dans des pochettes, et au moment de la séance il n’y a plus qu’à ouvrir le classeur, choisir le type de cadeau, puis découper et coller les images.

Et comme cela vous intéresse peut-être aussi, je vous ai préparé un petit tutoriel vidéo pour vous montrer comment je procède avec le logiciel Inkscape.

Cadeau bonus pour ceux qui lisent le billet jusqu’au bout, vous trouverez ici en téléchargement un fichier avec une douzaine de pages de cadeaux différents. Ce document est disponible sous licence Creative Commons (BY-NC-SA) et utilise les pictogrammes de la banque de d’images ARASAAC.

Si vous avez aimé ce billet n’hésitez pas à le dire autour de vous : partagez le lien sur Facebook, sur Twitter, ou même par email ! Vous pouvez également vous inscrire à la Newsletter pour recevoir par email tous les nouveaux billets publiés sur ce blog.

Ephéméride à imprimer

Le mois dernier j’ai fabriqué un éphéméride pour l’une de mes patientes atteinte de la maladie d’Alzheimer. En effet, elle commence à être désorientée dans le temps et sa belle-fille, qui habite avec elle, m’a demandé pourquoi elle ne savait jamais la date du jour, alors qu’elle regardait le journal quotidiennement.
Je lui ai donc proposé d’utiliser un éphéméride, sur lequel la date sera plus facilement lisible que dans un petit coin du journal (sans compter le fait d’être actif pour effectuer la mise à jour de cet éphéméride chaque matin).

La phase de création

J’avais déjà en tête le type d’éphéméride qui pourrait convenir à cette dame, et je me suis dit que je pouvais très bien le fabriquer moi-même, dans Inkscape.
En effet, je voulais quelque chose de relativement neutre, avec des codes couleurs pour les jours de la semaine, les numéros des jours, les mois et les années. Je voulais également que la police soit bien lisible, la plus large possible par rapport à la place disponible.

Si vous êtes intéressé par cet éphéméride, vous pouvez le télécharger au format .pdf (Licence: CC (BY-NC-SA)) en cliquant sur l’image. Il suffit ensuite de l’imprimer, de plastifier les 3 pages, et de découper l’ensemble des petites étiquettes des pages 2 et 3. En ce qui me concerne j’ai gardé la page du support au format A4..
J’ai ensuite fixé du velcro autocollant sur le support (dans les cases de couleur) et derrière chacune des étiquettes.

Comment je m’en sers avec ma patiente ?

Nous commençons toujours par trier les étiquettes par couleur. Ensuite, je lui demande de sérier les étiquettes des jours de la semaine. Nous choisissons celle qui correspond à la date du jour, et nous la plaçons sur la feuille du support de l’éphéméride. Nous faisons ensuite de même pour les numéros des jours, les mois, et les années.

Parfois nous faisons un classement décroissant pour les numéros des jours et d’autres fois nous essayons de compter de deux en deux ou de trois en trois.

Il m’arrive également de mettre sur la feuille du support la date de la veille, et de demander à ma patiente de préparer directement les bonnes étiquettes correspondant à la date du jour. Dans l’idéal, c’est ce que j’aurais aimé qu’elle fasse quotidiennement chez elle avec l’aide de sa belle-fille. Mais malheureusement, malgré mes encouragements et la demande initiale qui provenait justement de son entourage, je n’ai pas l’impression que ce soit le cas.

Et vous ? Comment utiliseriez-vous un tel matériel ? Seriez-vous intéressé par les fichiers .svg (format Inkscape) afin de pouvoir modifier cet éphéméride comme vous le souhaitez ? (couleurs, police…)

Convertir des fichiers au format PDF

Entre orthophonistes, il nous arrive souvent d’échanger des fichiers, comme par exemple le jeu de cartes sur les graphies triples que j’ai pu vous proposer dans un ancien billet. Le souci c’est que certains formats nécessitent des logiciels spéciaux pour pouvoir être lus, et que d’autres formats ne garantissent pas la mise en forme de votre fichier.

Donc pour être certain que votre fichier pourra bien être lu par votre interlocuteur, et que sa mise en page restera inchangée, vous pouvez utiliser le Portable Document Format, ou en abrégé PDF.

Certains logiciels comme Word 2007 et suivants, ou comme PictoSelector proposent dans leurs options l’export de votre document directement au format .pdf. Pour tous les autres logiciels cependant il existe une solution simple : l’imprimante virtuelle.
En ce qui me concerne j’utilise le logiciel libre Pdf Creator depuis plusieurs années et j’en suis très satisfaite.

Ses fonctions de base sont très simples à utiliser : il vous suffit de télécharger le logiciel et de l’installer. Ensuite quand vous souhaitez enregistrer une copie en pdf de votre document cliquez sur imprimer (quel que soit le logiciel que vous utilisez) et choisissez dans le menu d’impression « Pdf creator » comme imprimante, à la place de votre imprimante habituelle.

Pdf creator va alors vous proposer une page d’options, puis une fois que vous aurez cliqué sur « enregistrer » il vous demandera de renseigner le dossier de destination de votre fichier… et voilà !

Dans les fonctions un peu plus complexes il y a aussi possibilité de fusionner plusieurs fichiers pdf, de les crypter, ou même de les signer digitalement pour prouver que vous en êtes bien l’auteur et qu’ils n’ont pas été modifiés.

Je n’ai jamais testé personnellement les 2 dernières fonctions mais la fusion de plusieurs documents m’a été bien utile lorsque j’ai voulu créer un fichier unique avec le jeu de cartes dont je parlais tout à l’heure.

En effet, le logiciel Inkscape ne permettant pas de faire de documents de plusieurs pages, il a donc fallu que je crée un document distinct pour chacune des pages de mon jeu de carte. J’ai ensuite imprimés ces différents documents en les mettant en attente au fur et à mesure sur la page d’options de pdf creator (pour être précise il suffit de mettre le premier document dans la file d’attente, les autres y vont seuls ensuite).

Il ne me restait plus qu’à les fusionner, et me voilà avec un fichier unique, qui conserve une mise en page identique pour tous ceux qui vont le consulter.

Les avantages de Pdf Creator :

  • logiciel libre et gratuit
  • pas besoin d’accès à internet
  • fonctionne avec n’importe quel programme Windows ayant une fonction d’impression

Les inconvénients :

  • créé des fichiers un peu volumineux

Et vous ? Quelles solutions utilisez-vous pour convertir vos fichiers au format .pdf ? Si vous utilisez Pdf Creator avez-vous déjà testé les fonctions de cryptage ou de signature digitale ?

[Tutoriel] Créer un jeu de familles avec Inkscape

Il y a encore peu de temps, j’étais collaboratrice dans un super cabinet, et mes titulaires possédaient énormément de matériel. Je n’avais donc pas trouvé nécessaire d’investir dans des jeux qui feraient double emploi, et je me servais donc essentiellement de ce qu’elles avaient. Oui mais voilà, depuis que je suis dans mon propre cabinet je me retrouve avec des placards vides, et avant d’investir des mille et des cents dans du matériel onéreux je préfère voir ce que je peux fabriquer moi-même.
J’ai donc décrété que je pouvais tout à fait créer des jeux de cartes toute seule comme une grande, et je suis partie à la recherche du logiciel idéal pour cela.

J’ai choisi d’utiliser Inkscape, qui est un logiciel libre de dessin vectoriel et je vais vous proposer un petit tutoriel pour la création d’un jeu de familles.

Les avantages

  • logiciel libre
  • logiciel gratuit
  • très paramétrable et puissant une fois que l’on sait s’en servir,
  • permet de cloner des parties de l’image (on en verra l’utilité dans la création d’un jeu de carte),

Les inconvénients

  • prise en main un peu technique, à déconseiller aux débutants en informatique
  • impossibilité d’imprimer un document de taille supérieure à un A4

Tutoriel pour créer un jeu de familles :

Dernièrement, j’ai créé un jeu de familles avec des graphies triples. Chaque famille contient 5 cartes et chaque carte contient les 5 mots écrits ainsi que l’image du mot en question.

Tout d’abord, j’ai créé une trame de jeu de familles, que vous pouvez télécharger ici.

Pour chaque famille, il suffit ensuite de modifier le titre de la famille et la liste des mots sur la première carte, les autres cartes seront mises à jour automatiquement.

Enfin il faut copier-coller les images (celles de la banque de données ARASAAC par exemple) dans chacun des petits cadres, les redimensionner (20mmx20mm)… et voilà !

Si votre jeu comporte plus de 4 familles, il faudra enregistrer ce que vous venez de créer, puis ouvrir une nouvelle fois la trame pour fabriquer jusqu’à 4 nouvelles familles.

Vous pouvez modifier la couleur des en-têtes très simplement en changeant la couleur de remplissage du cadre (un seul cadre pour tous les en-têtes d’une même famille).

Enfin si avant de vous lancer dans la création d’un jeu de famille vous voulez vous familiariser avec le logiciel, vous pouvez commencer par le télécharger, et ouvrir le didacticiel « Inkscape : basique » disponible dans le menu d’aide.

En ce qui me concerne je n’avais encore jamais utilisé ce logiciel il y a quelques mois et maintenant je le trouve vraiment indispensable pour ce genre de créations.

Ce que j’apprécie particulièrement dans ce jeu de familles, c’est de ne pas avoir à modifier chaque carte individuellement (à part ce qui est spécifique à chacune d’entre elles) puisque les 5 cartes d’une même famille sont reliées. Croyez-moi, le jour où vous aurez des coquilles à corriger vous me remercierez.

Vous trouverez ici le jeu de carte que j’ai créé pour ce tutoriel (Licence: CC (BY-NC-SA)).

Si vous fabriquez d’autres jeux à partir de ma trame n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires afin que je puisse les partager avec le mien.

De même si vous rencontrez des difficultés à utiliser le logiciel pour créer du matériel orthophonique je suis prête à répondre à vos questions (à partir du moment où cela n’est pas trop technique).