[Tuto vidéo] Créer un pavage d’images avec Inkscape

Dans mes rééducations logicomathématiques, j’ai fréquemment besoin de petites images de « cadeaux » à coller derrière les cartes des jeux de classification ou d’inclusion que je fais avec mes patients. Ceci étant, je ne trouve pas très amusant de passer la demi-heure de la séance à dessiner des vélos, des chapeaux ou autres paires de lunettes.

J’ai donc décidé de plutôt créer un « catalogue de cadeaux » dans lequel les patients peuvent piocher. J’imprime des planches d’images toutes identiques, je les mets dans des pochettes, et au moment de la séance il n’y a plus qu’à ouvrir le classeur, choisir le type de cadeau, puis découper et coller les images.

Et comme cela vous intéresse peut-être aussi, je vous ai préparé un petit tutoriel vidéo pour vous montrer comment je procède avec le logiciel Inkscape.

Cadeau bonus pour ceux qui lisent le billet jusqu’au bout, vous trouverez ici en téléchargement un fichier avec une douzaine de pages de cadeaux différents. Ce document est disponible sous licence Creative Commons (BY-NC-SA) et utilise les pictogrammes de la banque de d’images ARASAAC.

Si vous avez aimé ce billet n’hésitez pas à le dire autour de vous : partagez le lien sur Facebook, sur Twitter, ou même par email ! Vous pouvez également vous inscrire à la Newsletter pour recevoir par email tous les nouveaux billets publiés sur ce blog.

Générateur de feuilles quadrillées

Si vous me lisez depuis quelques temps, vous savez peut-être que je dispose d’un tout petit bureau au cabinet. Tout ce qui me permet de gagner de la place est donc le bienvenue, et le site dont je vais vous parler aujourd’hui est de ce genre.

Du genre qui vous fait dire « je savais que ça devait exister quelque part », et qui vous fait regretter de ne pas l’avoir fait vous-même (euh, accessoirement je serais bien incapable de le faire). Bref, je veux parler d’un générateur de feuilles.

generateur_feuilles1

Comment ça marche ?

Chez Jérôme Desmoulins vous pourrez trouver toutes sortes de générateurs, de la bannière ASCII au décomposeur d’images GIF animées. Mais celui qui m’intéresse aujourd’hui c’est le générateur de feuilles.

Il permet de générer divers types de feuilles (quadrillées, lignées, papier à musique, scolaire, papier à points…) tout en choisissant soi-même les différents paramètres.

Prenons l’exemple d’une feuille quadrillée à grands carreaux :

Tout d’abord vous allez pouvoir choisir la taille de la page à générer, ainsi que la largeur de la marge (celle qui sera autour de votre feuille).

generateur_feuilles2

Sur le second écran, vous allez choisir la taille du quadrillage, la taille de la marge de gauche (le trait rose sur vos feuilles du commerce) et le nombre d’interlignes.

generateur_feuilles3

Sur le troisième écran vous allez pouvoir choisir la couleur de toutes les sortes de lignes : carreaux, interlignes et marge.

generateur_feuilles4

Enfin il ne vous reste plus qu’à décider si vous voulez une orientation « portrait » ou « paysage », et à cliquer sur [Générer la feuille].

generateur_feuilles5

Comment je m’en sers en orthophonie ?

  • Pour mes rééducations de graphisme : j’imprime des feuilles « grands carreaux » avec des carreaux plus grands que ceux que l’on trouve dans le commerce, ou alors j’imprime des feuilles lignées, ou encore des feuilles à points… bref vous l’aurez compris, pour la rééducation de graphisme c’est un vrai bonheur (sans compter le générateur de labyrinthes qui peut également être utile pour travailler la petite progression).
  • Pour mes rééducations de logicomathématiques, lorsque l’on arrive aux techniques opératoires, j’utilise des feuilles « petits carreaux » avec des carreaux de 1cm de côté.

Les petits plus :

Il est possible de générer des feuilles pour l’aide à l’apprentissage de l’écriture par la couleur, pratiques pour les patients dyspraxiques qui utilisent cela avec leur ergothérapeute.

generateur_feuilles6

Ah et au fait, pourquoi ça me fait gagner de la place dans mon bureau ? Et bien parce que je n’ai plus besoin d’acheter des paquets de feuilles différentes. Je ne prends que des feuilles blanches, et j’y imprime des carreaux à la demande. Le mieux, c’est que je peux même imprimer sur des feuilles de brouillon, pas de gâchis !

Et vous ? Quelles sortes de feuilles vous seraient les plus utiles en rééducation ?

Le dénombrement… version tablette

Quand on suit un peu le marché des applications, on tombe parfois sur de belles pépites. C’est le cas de celle que je vais vous présenter aujourd’hui, qui s’appelle 10 doigts et qui est proposée par la toute jeune maison d’édition Marbotic (1,59€ pour iPad, disponible aussi sur Android).

10 doigts - Marbotic android-app-on-google-play

Une belle pépite car il s’agit d’une application qui permet d’explorer, de manipuler, de découvrir. Mais aussi car elle utilise vraiment les capacités spécifiques de la tablette, à savoir l’écran tactile posé à l’horizontal avec le « multitouch ».

On commence par une petite description de l’application :

Menu 1 :

  • mode libre : l’enfant place ses doigts sur l’écran et autant de petits escargots apparaissent que le nombre de doigts posés,
  • mode défi : les petits dessins sont déjà affichés et l’enfant doit poser autant de doigts sur l’écran qu’il y a de dessins.

Menu 2 :

  • mode libre : l’enfant place ses doigts sur l’écran et le chiffre écrit varie en fonction du nombre de doigts posés,
  • mode défi : un chiffre est affiché et l’enfant doit placer sur l’écran le nombre de doigts lui correspondant.

Menu 3 :

  • mode libre : l’écran est partagé en 2 et l’enfant peut placer ses doigts de chaque côté de la ligne médiane, l’addition correspondante est automatiquement complétée,
  • mode défi : l’addition est déjà écrite et l’enfant doit placer le bon nombre de doigts de chaque côté de la ligne médiane pour que cela corresponde.

A noter que des chiffres en bois interagissant avec la tablette seront bientôt disponibles également, voici une petite vidéo pour mieux comprendre comment :

Les + de l’application :

  • le fait de proposer de la manipulation libre aux enfants,
  • l’interface minimaliste, un vrai repos pour les yeux,
  • on peut jouer à plusieurs (même si le nombre total de doigts posés ne peut pas dépasser 10)…

Les – de l’application :

  • la voix enfantine est parfois crispante (en tout cas pour les adultes),
  • le chiffre 0 n’est jamais nommé,
  • le menu 3 avec la présentation de l’addition pourrait bénéficier d’un peu plus de clarté. Quel sens de l’addition veut-on représenter ? S’il s’agit de la représentation spatiale alors il faudrait que les étoiles se regroupent au moment du dénombrement, avec disparition de la barre centrale. Dans l’idéal il faudrait également que les couleurs des nombres écrits et des étoiles correspondent, et que le total soit écrit dans la couleur « neutre » (le bleu foncé ici).

Comment je l’utilise en orthophonie ?

Pour travailler sur le dénombrement, avec des patients dyscalculiques ou présentant un retard mental.

Si l’on reprend les principes de Gelman :

  1. Non pertinence de l’ordre : je n’ai pas trouvé comment la travailler à l’aide de cette application, d’autant que les items sont toujours dénombrés de gauche à droite et de haut en bas (ce qui est bien pour d’autres raisons mais qui n’aide pas ici).
  2. La chaine numérique stable peut être travaillée dans le menu 1 ou 2, mode libre. Par imprégnation d’abord : l’enfant place ses doigts un par un sur l’écran et écoute la comptine. On peut changer le rythme de pose des doigts, partir de tous les doigts posés et les ôter un par un. Puis on coupe le son et on demande à l’enfant de dire lui-même la comptine.
  3. Cardinalité : je regrette un peu que dans le menu 1 mode défi la voix préenregistrée ne donne que la comptine. C’est donc moi qui rajoute à l’oral le cardinal après la comptine (ex : 1,2, 3, 4, 5 -> « ça fait 5 coccinelles »). Dans le menu 2 par contre le fait que le nombre soit écrit permet bien de faire le lien entre la comptine et le nombre final.
  4. La bijection peut être travaillée dans le menu 1, mode défi, par le biais de la correspondance terme à terme entre le nombre de dessins affichés et le nombre de doigts posés. Le fait que les étoiles se déplacent pour venir effectuer une transformation sur chaque petit dessin permet de bien visualiser cette bijection.

Au final une application qui à mon avis peut apporter un vrai plus dans l’apprentissage du dénombrement, à intégrer dans le reste de notre plan thérapeutique bien entendu.

Et vous ? Que pensez-vous de cette application ? L’utiliseriez-vous pour atteindre d’autres objectifs thérapeutiques ? Seriez-vous prêt à laisser de côté quelques temps votre matériel concret pour des applications sur tablettes en rééducation logicomathématique ?

ARASAAC

En rééducation j’ai très souvent besoin d’utiliser des images, ou encore des pictogrammes. Je suis toujours à la recherche d’images pertinentes, que ce soit avec mes patients souffrant de Troubles Envahissants du Développement, ou même ceux qui présentent un simple retard de langage ou de parole.J’ai longtemps parcouru le web à recherche de la banque d’images idéale jusqu’à ce que je tombe sur le Portail Aragonais de la Communication Améliorée et Alternative. Leur site web est en effet très complet, et regorge d’une multitude de fonctionnalités (en espagnol mais également en anglais, français, portugais et brésilien).

Mais parlons plutôt de ce que j’utilise fréquemment en rééducation puisqu’en général je ne passe pas par le site internet.

Déjà, j’ai commencé par télécharger toute la bibliothèque de pictogrammes gratuits en couleur et en noir et blanc (Auteur des pictogrammes : Sergio Palao Provenance: ARASAAC (http://catedu.es/arasaac/ Licence: CC (BY-NC-SA)).

Je les ai enregistrés sur mon PC et dès que j’ai besoin d’une image pour n’importe quel document j’utilise le champ de recherche Windows pour la trouver.

C’est assez rapide, et bien pratique si l’on veut insérer une image dans un document.

Je m’en sers ainsi pour créer des pages A4 avec un grand dessin au trait (pour illustrer une trace faite en DNP par exemple), ou encore pour faire une planche de dessins identiques dans Word (si je dois préparer plein de cadeaux pour un jeu des groupes en rééducation logico-mathématique).

J’ai aussi découvert il y a peu le logiciel Picto Selector. Il s’agit d’un gratuiciel qui permet de fabriquer très facilement des planches d’images à imprimer, et il inclut lors du téléchargement la base de pictogrammes ARASAAC mais également celle de Sclera.be et de Straight-Street.com.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo qui présente l’interface en anglais mais sur le site les explications d’utilisation ont été traduites en français, et le logiciel peut être installé en français également.

C’est d’ailleurs grâce à ce logiciel que j’ai créé mes planches d’insectes pour le travail sur l’histoire du « Hérisson tout mignon ».

Enfin il existe également un autre logiciel qui utilise de manière optimale la base de données ARASAAC et il s’agit du logiciel Araword qui permet de transcrire des phrases écrites en pictogrammes.
Je l’ai déjà testé mais n’ai pas encore eu l’occasion de l’utiliser avec mes patients. Cela dit je ne doute pas que cela me servira un jour, peut-être lorsqu’ils auront pris en compte les conjugaisons des verbes en français parce que pour l’instant cela me parait un peu laborieux.

Et vous ? Utilisez-vous une banque de pictogrammes en particulier ? Avez-vous trouvé d’autres logiciels qui permettent de les exploiter de manière simple et fonctionnelle ?