Les claviers externes sur iOs 8

iOS 8 qui est sorti il y a quelques mois maintenant a apporté une nouvelle fonctionnalité qui peut être intéressante dans le cadre de notre travail d’orthophoniste : la possibilité d’utiliser des claviers externes, qui sont des claviers différents de celui intégré par défaut dans le système d’exploitation.

J’avais déjà fait un billet sur le fonctionnement du clavier de l’iPad il y a presque 2 ans. Les principes de base n’ont pas trop changé depuis (et la procédure pour installer un nouveau clavier est toujours la même).
Pour les claviers externes vous allez donc télécharger une application, et activer ensuite le clavier associé à l’application dans les réglages de votre machine. Le paramétrage du clavier se fait par contre dans l’application associée au clavier.

claviers_extA noter que ces claviers externes vont vous demander d’accéder à tout ce que vous tapez pour pouvoir « apprendre » de vos comportements de frappe. Cela implique que potentiellement ils peuvent accéder au détail de tout ce que vous racontez dans vos mails ou autres (mais rassurez-vous -ou pas- Apple le fait déjà sans vous avoir demandé votre avis, Gmail et les autres analysent également le contenu de vos mails depuis des années…) Bref ce n’est pas nouveau mais il est bon de se lancer en toute connaissance de cause.

Je vous propose dans ce billet de parcourir les quelques claviers externes que j’ai testés et leurs avantages et inconvénients pour notre pratique, soit en séance, soit comme outil de compensation pour nos patients.

Fleksy

iActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

  • changer la couleur du clavier : par défaut les lignes sont alternées entre une couleur claire et une couleur plus foncée. Il y a plusieurs packs de couleurs inclus, les autres sont accessibles via des achats intégrés.
  • ajout d’extensions : idem, certaines extensions sont inclues d’origine, d’autres sont accessibles via des achats intégrés. Parmi celles que je trouve intéressantes il y a :
    • affichage au dessus du clavier d’une ligne avec des nombres
    • affichage au dessus du clavier d’une ligne avec des raccourcis (jusqu’à xx raccourcis paramétrables)
  • possibilité de basculer le clavier complètement dans la moitié droite ou gauche de l’écran (pratique en cas d’héminégligence ou de troubles du champ visuel, ou pour taper d’une seule main).
  • prédiction orthographique (possibilité de changer la langue de prédiction), par contre la prédiction n’apparait que lorsque l’on a déjà appuyé sur la barre d’espace en ayant tapé un mot, pas avant.
  • changement d’organisation du clavier parmi des positions préconfigurées ; qwerty, azerty, colemak, dvorak, qwertz, qzerty. A noter que l’on peut changer la position du clavier indépendamment de la langue de la prédiction et de la correction.
  • retour vocal : faire prononcer par la synthèse vocale le mot qui vient d’être tapé
  • raccourcis claviers : plusieurs raccourcis sont mis en place automatiquement avec des glissements vers le haut, le bas, la droite ou la gauche : validation du mot prédit, ajout d’un espace, ajout/retrait d’un mot du dictionnaire personnel, effacement d’un mot ou de la suite de mots, accès rapide aux émoticônes…
  • choix parmi 3 tailles de clavier : normale, petite ou grande
  • apprentissage de vos habitudes de frappe (si vous le souhaitez et créez un compte fleksy)

flesky1

Mon avis

Un clavier intéressant pour les patients avec des troubles visuels, ou ceux qui ont besoin du retour vocal. Peu intéressant par contre pour la prédiction dans son mode de fonctionnement actuel.

PhraseBoard

phraseboardiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

  • Créer des phrases prédéfinies réparties en différentes catégories… Par défaut il est livré avec des catégories et des phrases en anglais mais le tout peut être changé facilement.

phraseboard1

Mon avis

Un clavier intéressant pour ceux qui ont souvent les mêmes textes à taper. Ou bien comme outil de CAA (Communication Alternative et Augmentée) pour des personnes qui ont accès à l’écrit.

Swype

swypeiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

Et bien il n’y en a pas beaucoup. Swype est un clavier qui fonctionne avec un glisser des doigts sur le clavier au lieu de taper sur les touches. Il est associé à une prédiction de mots qui est relativement efficace. Il est possible de choisir entre plusieurs langues (français et anglais par défaut chez moi).
Parmi les options il y a aussi la possibilité d’effectuer un changement de thème graphique (5 thèmes différents sont disponibles), d’activer ou pas la correction automatique, l’espace automatique après chaque mot prédit, les bips touches, et l’ajout de nouveaux mots dans votre dictionnaire personnel.

swype1

Mon avis

Swype est un clavier qui me paraît intéressant pour les patients qui ont des problèmes moteurs et qui arrivent mieux à glisser qu’à cliquer. Par contre il ne me semble pas pratique pour les patients qui souffrent de dysorthographie car ils ne vont pas vraiment être confrontés à un modèle adéquat (même s’ils iront effectivement plus vite qu’avec un clavier classique). Autre remarque : je trouve que ce clavier prend tout son sens lorsque l’on connaît déjà l’emplacement des touches et peut être plus sur un smartphone qu’une tablette où les mouvements sont très longs à effectuer (cela dit ce billet vaut pour iOS 8 donc il est également valable pour les iPhones et les iPods Touch).

Swiftkey

swiftkeyiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

Ce clavier ressemble beaucoup au précédent. On retrouve grosso modo les mêmes options, à savoir la possibilité de glisser au lieu de taper les mots, le choix entre plusieurs thèmes, l’espacement automatique après les mots, le choix entre plusieurs langues, le son des touches, la correction automatique…

swiftkey1

Mon avis

A l’origine ce clavier s’est rendu célèbre pour sa prédiction, quand son concurrent a mis en place l’option de glissement. Donc je suppose qu’à l’usage chacun d’entre eux est meilleur dans son domaine d’origine. Ici il me paraît plus adéquat pour les patients dysorthographiques dans le sens où il est possible de désactiver l’option de glissement. Enfin si vous l’activez dans les options le clavier peut apprendre vos habitudes de frappe et même les synchroniser entre plusieurs appareils.

MyScript Stack

myscript stackiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

Ce clavier perd d’utiliser l’écriture manuscrite combinée avec une prédiction orthographique. A la place d’un clavier classique vous disposez d’une zone dans laquelle vous pouvez tracer des caractères en écriture scripte. Vous n’avez pas besoin de décaler votre main mais vous pouvez tracer les lettres les unes par dessus les autres. Parmi les options  il est possible de choisir le thème et la couleur du tracé des lettres, l’épaisseur du trait, ainsi que la langue d’utilisation.

my_script1

Mon avis

Très utile pour les langues qui n’utilisent pas l’alphabet latin, je trouve en ce qui me concerne que l’on est énormément ralenti par rapport à une frappe au clavier. Maintenant pour un patient qui aurait une mobilité réduite (pour les mouvements de progression) mais qui connaîtrait le tracé des lettres (et aurait assez de mobilité pour les mouvements d’inscription) cela lui permet de les écrire toutes les unes par dessus et les autres et d’obtenir un texte lisible.

Enfin je sais que certains orthophonistes sont à la recherche de ce genre d’outil permettant la reconnaissance de l’écriture manuscrite.

A noter qu’il existe également une application appelée MyScript Smart Note qui permet de prendre des notes manuscrites (en utilisant des mouvements de progression classique par contre) et d’exporter ensuite le texte éditable.

Pour utiliser ce clavier et cette application il est possible d’utiliser les doigts pour tracer ou alors un stylet. Attention les stylets d’une manière générale ne permettent pas un tracé très fin, mis à part certains comme le Jot Pro.

Keeble

Dernier clavier de la liste et finalement le seul qui a vraiment été pensé pour le handicap (et aussi le plus cher) : Keeble, de la société AssistiveWare (qui édite déjà Proloquo2Go ou Pictello).

Ce clavier n’existait pas en français au moment où j’ai commencé à rédiger ce billet mais comme j’ai mis plusieurs semaines à le terminer je peux finalement en parler !

keebleiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

  • Apparence
    • choix du thème : gris, coloré ou personnalisé (on peut alors choisir la couleur du fond, du fond des touches d’une manière générale, du fond de certaines touches en particulier…)
    • disposition : ABC simplifié, AZERTY simplifié, AZERTY, Numérisation – ABC, Numérisation – Fréquence d’utilisation
    • couleur des voyelles
    • casse d’étiquette de touche
  • Prédiction
    • activée ou pas
    • ordre de suggestion : alphabétique ou probabilité
    • niveau de prédiction : achèvement du mot, prédiction du mot suivant ou prédiction multimot
    • apprentissage : désactivé, mots correctement orthographiés, tous les mots
  • Accès
    • répétition de retour arrière : activée ou non
    • retard de répétition : de 0,1s à 5s
    • débit de répétition : de 0,1s à 5s
    • mode de balayage : par rangée ou par groupe de rangées
    • accès alternatif (contacteur) : activé ou non. S’il est activé plusieurs options sont encore possibles
  • Retour auditif
    • clics du clavier
    • énoncer les touches
    • énoncer par mots
    • énoncer par phrases
    • voix (accent)
    • débit vocal

keeble1

Mon avis

Keeble est le seul de la liste qui a été pensé dès le départ pour le handicap et cela se sent. Toutes les options du mode « balayage » peuvent vraiment être intéressantes à mon sens pour ceux qui utilisent ce mode d’entrée (que je n’ai pas pu tester personnellement).

C’est également le seul de cette petite liste qui propose un retour vocal sur les mots et les phrases. Grâce à cela nos patients dys peuvent avoir ce retour auditif dans toutes les applications qui utilisent le clavier système, et plus seulement dans des applications spécifiques.

Android

Chez Android les claviers externes existent depuis bien plus longtemps. Certains de ceux qui ont été détaillé dans ce billet existent aussi pour ce système d’exploitation : Flesky, Swype, Swiftkey, de même que l’application MyScript Smart Note. A noter aussi le clavier Google qui permet d’avoir accès à la dictée vocale à partir du clavier comme sur iOs.

Et vous ? Avez-vous testé d’autres claviers externes ? Avez-vous essayé ceux-là avec vos patients ? N’hésitez pas à raconter votre expérience dans les commentaires de ce billet !

[Tutoriel] Créer rapidement un document contenant toutes les images d’un dossier

Aujourd’hui je vous propose un petit tutoriel expliquant comment créer un document contenant toutes les images d’un dossier. Nous allons utiliser la suite bureautique Libre Office (et plus particulièrement le traitement de texte Writer) ainsi que l’extension AddPics.

Commencez tout d’abord par télécharger l’extension AddPics à l’adresse suivante : http://extensions.libreoffice.org/extension-center/addpics

Ensuite installez l’extension et redémarrez Libre Office.

Mettez toutes les images que vous souhaitez inclure dans un même dossier, en prenant soin de les nommer de telle sorte qu’elles apparaissent dans l’ordre voulu (ex : ici j’avais récupéré les superbes images proposées sur le blog « Donne-moi ta main » concernant les lieux de vie des animaux. J’ai rajouté nb devant le nom des fichiers en noir et blanc).

addpics1Dans Libre Office Writer cliquez sur la petite icône dans la barre d’outil représentant un appareil photo devant un dossier (ou alors allez dans Insertion > Images dans un nouveau document).

addpics2bisCliquez sur « Rechercher » pour sélectionner le dossier dans lequel se trouve vos images, Choisissez un critère de tri (ici : alphanumérique) ainsi que l’endroit où vous souhaitez ancrer l’image (ici : au paragraphe). Validez, votre nouveau document est créé !

addpics4Il est possible que de nombreuses pages blanches aient été insérées dans votre document. Pour les ôter il vous suffit d’effacer l’espace qui correspond à cette page. Pour avoir une meilleure visibilité je vous conseille de dézommer en maintenant la touche CTRL de votre clavier enfoncée et en faisant rouler la molette de votre souris vers le bas.

addpics5Une fois les pages blanches supprimées vous pouvez utiliser votre fichier comme bon vous semble (ici j’ai créé un fichier .pdf que j’ai ensuite imprimé).

D’autres utilisations

J’ai utilisé cette même méthode à d’autres occasions ces dernières semaines : j’ai par exemple créé une planche avec des pictos présents dans un dossier. En choisissant le paramètre d’ancrage à la page j’ai obtenu un document de 48 pages avec un picto sur chaque page.

Dans les préférences du document (Format > Page) j’ai ensuite fixé la taille de mes pages à 4,5cm x 4,5cm.addpics6addpics7J’ai supprimé mes pages vides et je suis ensuite allée dans le module d’impression. Là j’ai modifié les paramètres de mise en page et choisi d’imprimer un nombre de pages par feuille personnalisé (8×6), en dessinant une bordure autour de chaque page.

addpics8Et voilà une planche d’images imprimée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !

Cette extension peut aussi être très pratique pour créer un document à partir de diverses pages scannées.

Et vous ? Comment utiliseriez-vous cette extension de Libre Office dans votre pratique orthophonique ?

[Tutoriel] Utiliser TrueCrypt pour protéger vos données sur clé usb

Vos données numériques sont importantes, très importantes. Je vous rappelle que vous n’êtes pas à l’abri d’un crash d’ordinateur, d’un vol ou d’un mug de thé renversé sur votre ordinateur.

L’un des premiers billets de ce blog concernait donc la configuration de sauvegardes automatiques à l’aide du logiciel Cobian Backup (nota : je vous conseille aussi de faire régulièrement des sauvegardes de vos tablettes (voir cet article pour la procédure iPad), en particulier avant d’appliquer des mises à jour majeures.)

Dans un billet plus récent sur la protection de vos données numériques j’insistais également sur le fait que vos clés usb et disques durs externes devaient être cryptés. Nous allons donc voir aujourd’hui comment le faire à l’aide du logiciel TrueCrypt (gratuit et open-source).

Installation de TrueCrypt

Pour cela commencez par télécharger la dernière version du logiciel TrueCrypt et installez-le (l’installation ne devrait pas poser de problème).

Téléchargez également par la même occasion le pack de traduction française, et dezippez-le dans le répertoire dans lequel vous avez installé le logiciel.

Vous pouvez ensuite lancer TrueCrypt et vous rendre dans le menu Settings > Language pour choisir le français comme langue d’utilisation.

truecrypt1

Procédure de cryptage

Nous allons maintenant configurer le logiciel pour qu’il crypte votre clé usb. Pour cela commencez par la brancher à votre ordinateur.

Cliquez ensuite sur le bouton « Créer un volume ». Choisissez la 2ème option : « chiffrer une partition/un disque non système ».

truecrypt2

Sur l’écran suivant vous pouvez choisir « Volume TrueCrypt standard », sauf si vous avez peur de vous faire voler vos données par extorsion, auquel cas vous ne seriez sûrement pas en train de lire ce tutoriel…

Dans la fenêtre « Emplacement du volume », cliquez ensuite sur « Périphérique » et sélectionnez votre clé USB (ici celle qui apparait sous la lettre G:).

truecrypt3

La fenêtre suivant n’a pas été traduite, il s’agit de choisir l’option : « Create encrypted volume and format it ». Attention, toutes les données qui sont contenues sur votre clé usb seront effacées. Assurez-vous d’avoir une clé vide, ou d’avoir des copies de vos documents ailleurs.

truecrypt4

Concernant les formats de cryptage je n’y connais pas grand chose, j’ai donc choisi de laisser les réglages par défaut : algorithme de chiffrement AES et algorithme de hachage RIPEMD-160.

truecrypt5

Après avoir validé l’écran suivant il s’agit maintenant de choisir le mot de passe qui vous permettra d’accéder aux données de votre clé usb. Attention, si vous perdez ce mot de passe vous ne pourrez plus accéder à vos données. Choisissez un mot de passe robuste contenant des majuscules, des minuscules, des chiffres et des caractères de ponctuation.

Un petit « jeu » vous est proposé à la page suivante : il s’agit de bouger votre souris le plus aléatoirement possible dans la fenêtre, afin d’accroître la force cryptographique des clés de chiffrement. Une fois que vous en avez marre, cliquez sur « Formater ».

truecrypt7

Une alerte vous rappellera alors que tous les fichiers actuellement sur la clé seront supprimés. Validez.

truecrypt8

Patientez le temps du formatage de votre clé, cela peut durer une bonne dizaine de minutes ou plus. Validez le message qui apparaît à votre écran et cliquez sur « Terminer ».

Utilisation de la clé au quotidien

Pour utiliser votre clé à partir de maintenant, branchez-la sur votre ordinateur et lancez le logiciel TrueCrypt. Cliquez sur « Montage automatique », et tapez votre mot de passe. Votre clé sera prête à être utilisée à partir de la lettre qui apparaît dans Truecrypt (ici M:).

truecrypt11

Une fois que vous avez terminé d’utiliser votre clé, retournez dans Truecrypt et cliquez sur « Démonter ». Vous pouvez ensuite éjecter votre clé de la manière habituelle.

Stockez vos sauvegardes à l’abri

Parmi les mesures de précaution que je vous suggère d’adopter, pensez également à conserver les différentes copies de vos documents dans des lieux différents. Si par exemple vous laissez votre ordinateur au bureau alors emportez la clé usb avec vous, et inversement. Je sais que ça n’arrive qu’aux autres mais vous éviterez les désagréments liés à la perte de vos données en cas de cambriolage ou d’incendie…

Voilà, j’espère que ce tutoriel vous sera utile, ainsi que celui sur les sauvegardes. N’hésitez pas à les partager avec vos collègues, vous leur simplifierez peut-être la vie en cas de panne d’ordinateur…

Imprimer automatiquement en qualité brouillon

imprimante (Copier)Je ne sais pas chez vous, mais la plupart des documents que j’imprime n’ont pas besoin d’avoir une superbe qualité d’impression, ni d’être imprimés en couleur.

Pendant longtemps, j’ai donc systématiquement changé mes paramètres d’impression à chaque fois que j’avais un document à imprimer, en prenant quelques secondes pour passer en niveaux de gris et en qualité brouillon…

Jusqu’à ce que je découvre que cela pouvait faire partie des réglages par défaut de mon imprimante (et de la vôtre aussi) !

Modus Operandi

Pour faire cela, si vous avez un ordinateur fonctionnant avec le système d’exploitation Windows (cela fonctionne pour 7, Vista, XP… mais je ne sais pas pour Windows 8) il faut donc aller modifier les paramètres de l’imprimante.

Rendez-vous dans le Menu Démarrer, puis cliquez sur « Panneau de configuration ». Cliquez ensuite sur « Afficher les périphériques et imprimantes » dans le paragraphe « Matériel et audio ».

impression_brouillon_1

Faites ensuite un clic droit sur l’imprimante dont vous souhaitez changer les paramètres et cliquez sur « Options d’impression ». Notez au passage que vous pouvez choisir de changer l’imprimante par défaut quand vous êtes dans ce menu contextuel, en cliquant sur « définir comme imprimante par défaut ». Votre imprimante par défaut est celle dont l’icône est recouverte d’une coche verte.

impression_brouillon_2

Une fois que vous avez cliqué sur « Options d’impression » vous vous retrouvez dans le menu habituel de votre imprimante (chaque constructeur d’imprimante a son propre logiciel de gestion d’impression, et donc sa propre interface). Vous pourrez choisir les options que vous souhaitez utiliser par défaut (ici chez moi : qualité d’impression rapide, impression des couleurs en noir et blanc, recto-verso désactivé), il ne vous reste plus qu’à valider en cliquant sur OK.

impression_brouillon_3

Désormais, à chaque fois que vous lancerez une impression, ces paramètres seront ceux sélectionnés par défaut. Bien entendu, il sera toujours possible de les modifier au cas par cas si vous souhaitez obtenir un document en meilleure qualité ou en couleur.

Voilà, j’espère que cette petite astuce vous fera gagner du temps (et de l’argent en économisant sur les cartouches d’encre). N’hésitez pas à utiliser les boutons de partage (Facebook, Twitter ou G+), à envoyer cet article par mail à vos amis ou encore à vous abonner à la Newsletter pour recevoir automatiquement les nouveaux articles dans votre boite mail.

Edit du 7 mars 2013 : et pour encore plus d’économies sur vos cartouches d’encre rendez-vous sur le site de Secotine qui vous présente la police Ecofont.

Auteur du pictogramme : Sergio Palao Provenance: ARASAAC (http://catedu.es/arasaac/) Licence: CC (BY-NC-SA)

Les 3 raccourcis qui vous feront gagner du temps pour vos comptes-rendus

Il y a quelques mois, j’avais préparé pour vous un petit article expliquant comment on pouvait naviguer dans une page simplement à l’aide des touches du clavier.

Mais saviez-vous qu’il existe également des combinaisons de touches vous permettant d’effectuer des actions encore plus facilement ?

Typiquement, lorsque je rédige un compte-rendu j’ai deux fenêtres ouvertes sur mon ordinateur :

Je navigue sans cesse de l’un à l’autre, en faisant des copiers-collers des différents résultats. Les 3 raccourcis dont je vais vous parler aujourd’hui servent donc à :

  • copier
  • coller
  • se déplacer d’une fenêtre Windows à une autre

Copier du texte ou une image

Pour copier du texte ou une image, sélectionnez l’item à copier, puis maintenez la touche CTRL enfoncée pendant que vous appuyez sur la touche C (ce raccourci s’écrit aussi CTRL+C).

Coller du texte ou une image

Pour coller du texte ou une image, positionnez vous à l’endroit choisi, puis maintenez la touche CTRL enfoncée pendant que vous appuyez sur la touche V (ce raccourci s’écrit aussi CTRL+V).

Se déplacer d’une fenêtre Windows à une autre

Pour vous déplacer facilement d’une fenêtre Windows à une autre, maintenez la touche ALT enfoncée pendant que vous appuyez sur la touche TAB. Vous basculerez alors de la fenêtre en cours à celle qui est placée juste au-dessous. Refaites la même manipulation pour revenir à la première fenêtre.

Si vous souhaitez vous déplacer sur une autre fenêtre que celle qui se situe juste au-dessous, maintenez la touche ALT enfoncée et appuyez plusieurs fois sur la touche TAB. Vous pourrez ainsi naviguer parmi toutes les fenêtres ouvertes sur votre PC !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis sur Twitter ou Facebook, et inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir tous les nouveaux billets d’Ortho & Co directement dans votre boîte mail.

[Windows 7] Désactiver le bouton marche/arrêt de votre ordinateur

Dans mon dernier billet, je vous ai présenté l’Accès Guidé d’iOS, mais saviez-vous qu’il était également possible d’utiliser certaines options d’accessibilité similaires sous Windows 7 ?

Tout d’abord, vous pouvez désactiver les touches du clavier et/ou certains boutons de la souris en installant le logiciel Kid-Key-Lock (voir l’article sur le blog PONTT).

Mais parfois cela ne suffit pas. J’ai par exemple un patient autiste qui avait découvert que le seul bouton sur lequel il était encore possible d’appuyer était le bouton d’alimentation, et que ce dernier mettait l’ordinateur en veille (j’ai un ordinateur portable). Autant vous dire qu’il devenait difficile de travailler avec lui sur ce type de support… jusqu’à ce que je trouve comment faire en sorte que le bouton d’alimentation n’ait plus aucun effet.

Si vous souhaitez vous aussi configurer cette option, commencer par faire un clic droit sur la petite batterie dans la zone de notification et cliquez sur « options d’alimentation ».

Dans la zone de gauche de la page, cliquez sur « choisir l’action du bouton d’alimentation ».

Vous pourrez alors décider ce qui va se passer lorsque vous (ou votre patient) appuierez sur le bouton d’alimentation :

  • ne rien faire
  • mettre l’ordinateur en veille
  • mettre l’ordinateur en veille prolongée
  • éteindre l’ordinateur

Vous pouvez différencier l’action du bouton selon que vous êtes sur batterie ou sur le secteur.

De mon côté par exemple j’ai choisi l’option « ne rien faire » sur batterie, et « mettre en veille » sur secteur. Du coup lorsque je travaille avec mon patient autiste il me suffit de débrancher le câble d’alimentation, et cela désactive automatiquement mon bouton d’alimentation.

Parallèlement à cela j’ai aussi simplifié l’exercice pour mon patient, car j’avais remarqué qu’appuyer sur le bouton d’alimentation était pour lui une stratégie d’évitement lorsque la tâche était trop difficile.

En effet, lors de la séance suivante il n’a pas essayé d’appuyer sur le bouton d’alimentation, mais cela me servira sûrement à une autre occasion !

Et vous ? Vous êtes-vous déjà retrouvé confronté à un patient qui utilise des stratégies de sabotage pour éviter un exercice ? Comment réagissez-vous dans ces cas-là ? Cherchez-vous des astuces pour contrer le sabotage ou changez-vous d’activité ?