Swipe Vidéos

SwipeVideos

Le mois dernier, lors d’une formation donnée en Saône et Loire, l’une des stagiaires m’a demandé si je connaissais une application permettant de naviguer d’une vidéo à une autre via un geste de « swipe » (ou balayage). En effet, l’un de ses patients, qui a de gros troubles moteurs, aime beaucoup regarder des vidéos mais n’est pas autonome dans la tâche car il ne peut pas naviguer d’une vidéo à une autre, ni cliquer sur le bouton « play » qui est souvent trop petit. Ce patient a une motricité fine très limitée et peut uniquement effectuer un geste de balayage de droite à gauche.

Malheureusement, je ne connaissais pas d’application permettant d’effectuer ce type de mouvement. J’ai exploré l’AppStore en long, en large et en travers, testé une dizaine d’applications de lecture de vidéo, mais rien ne semblait convenir.

J’ai alors demandé à la volée sur Twitter si certains connaissaient une telle application. Pas de réponse positive mais @nicoguitare (prof d’éducation musicale passionné et passionnant) m’a conseillé de contacter Emmanuel Crombez, qui créé de nombreuses applications (dont plusieurs sont à destination des orthophonistes, comme Attention A, ou encore Range-Mots dont j’ai déjà parlé ici).

Bref, j’ai donc contacté Emmanuel, qui a créé une première version de l’application dans la nuit !! Avec la collègue concernée, nous avons ensuite effectué plusieurs sessions de test de l’application afin de vérifier si elle correspondait bien aux besoins et si elle n’avait pas de bug, et l’application est sortie sur l’app store il y a quelques jours, elle s’appelle donc SwipeVideos.

Vous trouverez ma critique de cette application sur WikiAppli, et voici le lien pour la télécharger sur l’AppStore.

Un grand merci à Emmanuel pour sa disponibilité, et j’espère que ma collègue et surtout son jeune patient seront satisfaits de cette création !

Les claviers externes sur iOs 8

iOS 8 qui est sorti il y a quelques mois maintenant a apporté une nouvelle fonctionnalité qui peut être intéressante dans le cadre de notre travail d’orthophoniste : la possibilité d’utiliser des claviers externes, qui sont des claviers différents de celui intégré par défaut dans le système d’exploitation.

J’avais déjà fait un billet sur le fonctionnement du clavier de l’iPad il y a presque 2 ans. Les principes de base n’ont pas trop changé depuis (et la procédure pour installer un nouveau clavier est toujours la même).
Pour les claviers externes vous allez donc télécharger une application, et activer ensuite le clavier associé à l’application dans les réglages de votre machine. Le paramétrage du clavier se fait par contre dans l’application associée au clavier.

claviers_extA noter que ces claviers externes vont vous demander d’accéder à tout ce que vous tapez pour pouvoir « apprendre » de vos comportements de frappe. Cela implique que potentiellement ils peuvent accéder au détail de tout ce que vous racontez dans vos mails ou autres (mais rassurez-vous -ou pas- Apple le fait déjà sans vous avoir demandé votre avis, Gmail et les autres analysent également le contenu de vos mails depuis des années…) Bref ce n’est pas nouveau mais il est bon de se lancer en toute connaissance de cause.

Je vous propose dans ce billet de parcourir les quelques claviers externes que j’ai testés et leurs avantages et inconvénients pour notre pratique, soit en séance, soit comme outil de compensation pour nos patients.

Fleksy

iActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

  • changer la couleur du clavier : par défaut les lignes sont alternées entre une couleur claire et une couleur plus foncée. Il y a plusieurs packs de couleurs inclus, les autres sont accessibles via des achats intégrés.
  • ajout d’extensions : idem, certaines extensions sont inclues d’origine, d’autres sont accessibles via des achats intégrés. Parmi celles que je trouve intéressantes il y a :
    • affichage au dessus du clavier d’une ligne avec des nombres
    • affichage au dessus du clavier d’une ligne avec des raccourcis (jusqu’à xx raccourcis paramétrables)
  • possibilité de basculer le clavier complètement dans la moitié droite ou gauche de l’écran (pratique en cas d’héminégligence ou de troubles du champ visuel, ou pour taper d’une seule main).
  • prédiction orthographique (possibilité de changer la langue de prédiction), par contre la prédiction n’apparait que lorsque l’on a déjà appuyé sur la barre d’espace en ayant tapé un mot, pas avant.
  • changement d’organisation du clavier parmi des positions préconfigurées ; qwerty, azerty, colemak, dvorak, qwertz, qzerty. A noter que l’on peut changer la position du clavier indépendamment de la langue de la prédiction et de la correction.
  • retour vocal : faire prononcer par la synthèse vocale le mot qui vient d’être tapé
  • raccourcis claviers : plusieurs raccourcis sont mis en place automatiquement avec des glissements vers le haut, le bas, la droite ou la gauche : validation du mot prédit, ajout d’un espace, ajout/retrait d’un mot du dictionnaire personnel, effacement d’un mot ou de la suite de mots, accès rapide aux émoticônes…
  • choix parmi 3 tailles de clavier : normale, petite ou grande
  • apprentissage de vos habitudes de frappe (si vous le souhaitez et créez un compte fleksy)

flesky1

Mon avis

Un clavier intéressant pour les patients avec des troubles visuels, ou ceux qui ont besoin du retour vocal. Peu intéressant par contre pour la prédiction dans son mode de fonctionnement actuel.

PhraseBoard

phraseboardiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

  • Créer des phrases prédéfinies réparties en différentes catégories… Par défaut il est livré avec des catégories et des phrases en anglais mais le tout peut être changé facilement.

phraseboard1

Mon avis

Un clavier intéressant pour ceux qui ont souvent les mêmes textes à taper. Ou bien comme outil de CAA (Communication Alternative et Augmentée) pour des personnes qui ont accès à l’écrit.

Swype

swypeiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

Et bien il n’y en a pas beaucoup. Swype est un clavier qui fonctionne avec un glisser des doigts sur le clavier au lieu de taper sur les touches. Il est associé à une prédiction de mots qui est relativement efficace. Il est possible de choisir entre plusieurs langues (français et anglais par défaut chez moi).
Parmi les options il y a aussi la possibilité d’effectuer un changement de thème graphique (5 thèmes différents sont disponibles), d’activer ou pas la correction automatique, l’espace automatique après chaque mot prédit, les bips touches, et l’ajout de nouveaux mots dans votre dictionnaire personnel.

swype1

Mon avis

Swype est un clavier qui me paraît intéressant pour les patients qui ont des problèmes moteurs et qui arrivent mieux à glisser qu’à cliquer. Par contre il ne me semble pas pratique pour les patients qui souffrent de dysorthographie car ils ne vont pas vraiment être confrontés à un modèle adéquat (même s’ils iront effectivement plus vite qu’avec un clavier classique). Autre remarque : je trouve que ce clavier prend tout son sens lorsque l’on connaît déjà l’emplacement des touches et peut être plus sur un smartphone qu’une tablette où les mouvements sont très longs à effectuer (cela dit ce billet vaut pour iOS 8 donc il est également valable pour les iPhones et les iPods Touch).

Swiftkey

swiftkeyiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

Ce clavier ressemble beaucoup au précédent. On retrouve grosso modo les mêmes options, à savoir la possibilité de glisser au lieu de taper les mots, le choix entre plusieurs thèmes, l’espacement automatique après les mots, le choix entre plusieurs langues, le son des touches, la correction automatique…

swiftkey1

Mon avis

A l’origine ce clavier s’est rendu célèbre pour sa prédiction, quand son concurrent a mis en place l’option de glissement. Donc je suppose qu’à l’usage chacun d’entre eux est meilleur dans son domaine d’origine. Ici il me paraît plus adéquat pour les patients dysorthographiques dans le sens où il est possible de désactiver l’option de glissement. Enfin si vous l’activez dans les options le clavier peut apprendre vos habitudes de frappe et même les synchroniser entre plusieurs appareils.

MyScript Stack

myscript stackiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

Ce clavier perd d’utiliser l’écriture manuscrite combinée avec une prédiction orthographique. A la place d’un clavier classique vous disposez d’une zone dans laquelle vous pouvez tracer des caractères en écriture scripte. Vous n’avez pas besoin de décaler votre main mais vous pouvez tracer les lettres les unes par dessus les autres. Parmi les options  il est possible de choisir le thème et la couleur du tracé des lettres, l’épaisseur du trait, ainsi que la langue d’utilisation.

my_script1

Mon avis

Très utile pour les langues qui n’utilisent pas l’alphabet latin, je trouve en ce qui me concerne que l’on est énormément ralenti par rapport à une frappe au clavier. Maintenant pour un patient qui aurait une mobilité réduite (pour les mouvements de progression) mais qui connaîtrait le tracé des lettres (et aurait assez de mobilité pour les mouvements d’inscription) cela lui permet de les écrire toutes les unes par dessus et les autres et d’obtenir un texte lisible.

Enfin je sais que certains orthophonistes sont à la recherche de ce genre d’outil permettant la reconnaissance de l’écriture manuscrite.

A noter qu’il existe également une application appelée MyScript Smart Note qui permet de prendre des notes manuscrites (en utilisant des mouvements de progression classique par contre) et d’exporter ensuite le texte éditable.

Pour utiliser ce clavier et cette application il est possible d’utiliser les doigts pour tracer ou alors un stylet. Attention les stylets d’une manière générale ne permettent pas un tracé très fin, mis à part certains comme le Jot Pro.

Keeble

Dernier clavier de la liste et finalement le seul qui a vraiment été pensé pour le handicap (et aussi le plus cher) : Keeble, de la société AssistiveWare (qui édite déjà Proloquo2Go ou Pictello).

Ce clavier n’existait pas en français au moment où j’ai commencé à rédiger ce billet mais comme j’ai mis plusieurs semaines à le terminer je peux finalement en parler !

keebleiActu_télécharger_App_Store_icône

Les options

  • Apparence
    • choix du thème : gris, coloré ou personnalisé (on peut alors choisir la couleur du fond, du fond des touches d’une manière générale, du fond de certaines touches en particulier…)
    • disposition : ABC simplifié, AZERTY simplifié, AZERTY, Numérisation – ABC, Numérisation – Fréquence d’utilisation
    • couleur des voyelles
    • casse d’étiquette de touche
  • Prédiction
    • activée ou pas
    • ordre de suggestion : alphabétique ou probabilité
    • niveau de prédiction : achèvement du mot, prédiction du mot suivant ou prédiction multimot
    • apprentissage : désactivé, mots correctement orthographiés, tous les mots
  • Accès
    • répétition de retour arrière : activée ou non
    • retard de répétition : de 0,1s à 5s
    • débit de répétition : de 0,1s à 5s
    • mode de balayage : par rangée ou par groupe de rangées
    • accès alternatif (contacteur) : activé ou non. S’il est activé plusieurs options sont encore possibles
  • Retour auditif
    • clics du clavier
    • énoncer les touches
    • énoncer par mots
    • énoncer par phrases
    • voix (accent)
    • débit vocal

keeble1

Mon avis

Keeble est le seul de la liste qui a été pensé dès le départ pour le handicap et cela se sent. Toutes les options du mode « balayage » peuvent vraiment être intéressantes à mon sens pour ceux qui utilisent ce mode d’entrée (que je n’ai pas pu tester personnellement).

C’est également le seul de cette petite liste qui propose un retour vocal sur les mots et les phrases. Grâce à cela nos patients dys peuvent avoir ce retour auditif dans toutes les applications qui utilisent le clavier système, et plus seulement dans des applications spécifiques.

Android

Chez Android les claviers externes existent depuis bien plus longtemps. Certains de ceux qui ont été détaillé dans ce billet existent aussi pour ce système d’exploitation : Flesky, Swype, Swiftkey, de même que l’application MyScript Smart Note. A noter aussi le clavier Google qui permet d’avoir accès à la dictée vocale à partir du clavier comme sur iOs.

Et vous ? Avez-vous testé d’autres claviers externes ? Avez-vous essayé ceux-là avec vos patients ? N’hésitez pas à raconter votre expérience dans les commentaires de ce billet !

Ortho & Co – CAA est arrivé !

orthoandco_caaRésumé pour les pressés : Ortho & Co – CAA est arrivé !

Trouver une application de Communication Alternative et Augmentée

Lors de l’arrivée des tablettes tactiles sur le marché grand public, certains d’entre nous ont tout de suite aperçu le potentiel énorme qu’elles avaient dans le monde du handicap, et en particulier en ce qui concerne la Communication Alternative et Augmentée. Mais devant le nombre d’applications de CAA existantes, il est souvent difficile de trier le bon grain de l’ivraie, et parmi les applications bien pensées, de trouver celle qui correspond à un patient donné.

Parmi mes lecteurs, nombreux sont ceux qui me questionnent sur la pertinence de l’utilisation d’un iPad ou d’une tablette Android à des fins de CAA, ou encore qui souhaitent connaitre le nom de l’application la plus adaptée pour un patient qu’ils me décrivent succinctement.

Malgré mon intérêt plus que grandissant pour le sujet je suis parfois en panne de réponse, tout simplement parce que les applications de CAA sont souvent onéreuses, et que je n’ai pas de patient qui en ait besoin actuellement (je plaçais de grands espoirs dans un patient que je souhaitais transformer en bêta testeur mais l’évaluation en a décidé autrement).

Il m’est donc compliqué de passer du temps (et de l’argent) à tester tout ce qui existe pour pouvoir vous conseiller au mieux.

Coralie et la CAA

Mais c’est là qu’arrive votre sauveuse : Coralie Sallé.
En effet, l’an dernier Coralie m’a contactée via le blog pour me demander des conseils, et pour me dire qu’elle était en train de rédiger son mémoire de fin d’études d’orthophonie à propos de la Communication Alternative et Augmentée sur tablette tactile.
Dans le cadre de son travail, elle a testé tout un tas d’applications et les a analysées à l’aide de critères bien précis.
Elle a produit de la documentation sur le choix d’une tablette à destination de la CAA, des fiches de description de certaines applications, ainsi qu’un tableau récapitulatif des différentes solutions testées selon ses critères.

Annexe-Tableau-ressource4Maintenant que Coralie est diplômée et pour que son travail ne tombe pas aux oubliettes, je lui ai proposé d’héberger son contenu sur Ortho & Co.

C’est donc le moment de vous présenter le petit nouveau : Ortho & Co – CAA !

Ortho & Co – CAA est un site autonome qui est géré complètement et uniquement par Coralie.
Si vous avez des questions sur le contenu proposé comme à propos de la CAA sur tablette tactile en général, vous pouvez contacter Coralie via le formulaire que vous retrouverez ici :http://caa.ortho-n-co.fr/?page_id=198

J’espère donc que ce nouveau site vous aidera à comprendre tout ce qui est en jeu dans la CAA sur tablette tactile grand public (iPad, tablette Android, Tablette Windows…)

N’hésitez pas à partager l’information via Facebook, Twitter, par email, ou par pigeon voyageur !
Et puis allez faire un petit coucou à Coralie sur Ortho & Co – CAA, laissez-lui un commentaire pour lui dire tout le bien que vous pensez de son super boulot !

A très bientôt par ici ou ailleurs !

Le dénombrement… version tablette

Quand on suit un peu le marché des applications, on tombe parfois sur de belles pépites. C’est le cas de celle que je vais vous présenter aujourd’hui, qui s’appelle 10 doigts et qui est proposée par la toute jeune maison d’édition Marbotic (1,59€ pour iPad, disponible aussi sur Android).

10 doigts - Marbotic android-app-on-google-play

Une belle pépite car il s’agit d’une application qui permet d’explorer, de manipuler, de découvrir. Mais aussi car elle utilise vraiment les capacités spécifiques de la tablette, à savoir l’écran tactile posé à l’horizontal avec le « multitouch ».

On commence par une petite description de l’application :

Menu 1 :

  • mode libre : l’enfant place ses doigts sur l’écran et autant de petits escargots apparaissent que le nombre de doigts posés,
  • mode défi : les petits dessins sont déjà affichés et l’enfant doit poser autant de doigts sur l’écran qu’il y a de dessins.

Menu 2 :

  • mode libre : l’enfant place ses doigts sur l’écran et le chiffre écrit varie en fonction du nombre de doigts posés,
  • mode défi : un chiffre est affiché et l’enfant doit placer sur l’écran le nombre de doigts lui correspondant.

Menu 3 :

  • mode libre : l’écran est partagé en 2 et l’enfant peut placer ses doigts de chaque côté de la ligne médiane, l’addition correspondante est automatiquement complétée,
  • mode défi : l’addition est déjà écrite et l’enfant doit placer le bon nombre de doigts de chaque côté de la ligne médiane pour que cela corresponde.

A noter que des chiffres en bois interagissant avec la tablette seront bientôt disponibles également, voici une petite vidéo pour mieux comprendre comment :

Les + de l’application :

  • le fait de proposer de la manipulation libre aux enfants,
  • l’interface minimaliste, un vrai repos pour les yeux,
  • on peut jouer à plusieurs (même si le nombre total de doigts posés ne peut pas dépasser 10)…

Les – de l’application :

  • la voix enfantine est parfois crispante (en tout cas pour les adultes),
  • le chiffre 0 n’est jamais nommé,
  • le menu 3 avec la présentation de l’addition pourrait bénéficier d’un peu plus de clarté. Quel sens de l’addition veut-on représenter ? S’il s’agit de la représentation spatiale alors il faudrait que les étoiles se regroupent au moment du dénombrement, avec disparition de la barre centrale. Dans l’idéal il faudrait également que les couleurs des nombres écrits et des étoiles correspondent, et que le total soit écrit dans la couleur « neutre » (le bleu foncé ici).

Comment je l’utilise en orthophonie ?

Pour travailler sur le dénombrement, avec des patients dyscalculiques ou présentant un retard mental.

Si l’on reprend les principes de Gelman :

  1. Non pertinence de l’ordre : je n’ai pas trouvé comment la travailler à l’aide de cette application, d’autant que les items sont toujours dénombrés de gauche à droite et de haut en bas (ce qui est bien pour d’autres raisons mais qui n’aide pas ici).
  2. La chaine numérique stable peut être travaillée dans le menu 1 ou 2, mode libre. Par imprégnation d’abord : l’enfant place ses doigts un par un sur l’écran et écoute la comptine. On peut changer le rythme de pose des doigts, partir de tous les doigts posés et les ôter un par un. Puis on coupe le son et on demande à l’enfant de dire lui-même la comptine.
  3. Cardinalité : je regrette un peu que dans le menu 1 mode défi la voix préenregistrée ne donne que la comptine. C’est donc moi qui rajoute à l’oral le cardinal après la comptine (ex : 1,2, 3, 4, 5 -> « ça fait 5 coccinelles »). Dans le menu 2 par contre le fait que le nombre soit écrit permet bien de faire le lien entre la comptine et le nombre final.
  4. La bijection peut être travaillée dans le menu 1, mode défi, par le biais de la correspondance terme à terme entre le nombre de dessins affichés et le nombre de doigts posés. Le fait que les étoiles se déplacent pour venir effectuer une transformation sur chaque petit dessin permet de bien visualiser cette bijection.

Au final une application qui à mon avis peut apporter un vrai plus dans l’apprentissage du dénombrement, à intégrer dans le reste de notre plan thérapeutique bien entendu.

Et vous ? Que pensez-vous de cette application ? L’utiliseriez-vous pour atteindre d’autres objectifs thérapeutiques ? Seriez-vous prêt à laisser de côté quelques temps votre matériel concret pour des applications sur tablettes en rééducation logicomathématique ?

Normes d’accessibilité et de sécurité pour les cabinets d’orthophonie

Je vous propose aujourd’hui un billet qui sort un peu du cadre que je m’étais fixé sur ce blog, à savoir le lien entre orthophonie et nouvelles technologies.

Cependant c’est un sujet qui m’a bien occupée l’année dernière, et je pense que notre expérience pourra être utile à d’autres. En effet, il est toujours un peu complexe de se plonger dans les textes de loi concernant la mise au norme du cabinet pour favoriser l’accessibilité des personnes handicapées.

Comme vous le savez certainement, l’ensemble des cabinets devront respecter ces normes au 1er janvier 2015, et tous les cabinets nouvellement créés depuis le 1er janvier 2011 (locaux neufs ou changement de destination) doivent déjà les respecter.

En ce qui nous concerne nous exerçons dans un ancien appartement, lequel a été transformé en cabinet d’orthophonie par changement de destination à l’automne 2011.

Les étapes à franchir

Lorsque nous avons déposé notre dossier de déclaration préalable (pour le changement de destination), la mairie nous a indiqué que nous devions également compléter un dossier de demande de travaux pour la mise aux normes concernant l’accessibilité des personnes handicapées.

Une fois ce dossier rendu, une commission s’est réunie à la mairie (avec des élus et des responsables d’association de personnes handicapées) et a validé notre dossier.

Nous avons ensuite fait effectuer les travaux, et avons prévenu la mairie au moment où ils étaient finis. Théoriquement il y avait ensuite un délai avant de pouvoir ouvrir le cabinet, mais la personne responsable de notre dossier nous a gentiment autorisées à ouvrir dès la fin de l’exécution des travaux.

Depuis ce jour là nous pouvons recevoir à n’importe quel moment une inspection des services municipaux en charge de l’accessibilité, qui peuvent vérifier que les travaux effectués respectent bien ce qui a été annoncé dans le dossier.

Ceci étant la personne responsable du dossier nous a confié que les ERP (Établissements Recevant du Public) de catégorie 5 (dont nous faisons partie) sont rarement inspectés dans notre commune, et effectivement nous n’avons encore vu personne pour l’instant.

Quelques petites choses à savoir

Il est tout d’abord important de noter que ces démarches ne concernent pas que l’accueil des personnes à mobilité réduite. Dans le texte de loi il y a également des normes à respecter concernant les personnes atteintes de déficience visuelle (affichages…), auditive (isolation phonique…) ou mentale (clarification des espaces…)

Par ailleurs, votre ERP ne commence qu’à l’entrée de votre cabinet. Cela signifie que si ce dernier est situé à l’intérieur d’un immeuble d’habitation c’est la loi sur les locaux d’habitations qui s’applique aux parties communes (interphone, ascenseur, couloirs, porte d’entrée côté couloir, sonnette…).

Notre immeuble par exemple est équipé d’un ascenseur qui n’a pas encore été mis aux normes mais cela n’a pas été gênant pour le dossier d’accessibilité concernant notre ERP.

La composition du dossier

Dans le dossier il fallait entre autres faire mention de l’état des lieux actuels et des aménagements prévus pour :

  • avoir un passage de porte de 90cm au minimum pour les parties considérées comme ERP (c’est à dire l’entrée, la salle d’attente, et au moins un bureau si professions identiques, sinon tous les bureaux). Si vous avez une porte à double battant, le battant principal doit faire au minimum 90cm de large.
  • pouvoir libérer dans la salle d’attente un emplacement de 80cmx130 cm pour un fauteuil roulant (ok si chaises déjà en place car mobilier non fixe)
  • avoir des espaces de retournement (cercle de 150cm de diamètre) dans chaque pièce (entrée, salle d’attente, bureau)
  • avoir des espaces corrects de manœuvre des portes : un rectangle de 80x170cm devant chaque porte s’ouvrant en poussant, de 80×220 cm devant chaque porte s’ouvrant en tirant
  • avoir un positionnement correct des poignées (si la distance entre l’extrémité de la poignée et le mur perpendiculaire le plus proche est inférieure à 40cm il faut prévoir une poignée rallongée)
  • avoir une intensité lumineuse suffisante,
  • avoir des affichages lisibles par tous (disposition et taille)
  • avoir un bureau et un espace de travail aux normes (hauteur du bureau, emplacement pour un fauteuil)
  • avoir des espaces bien délimités visuellement (couleurs contrastée entre les sols et les murs par exemple)

Pour cela nous avions un dossier explicatif à constituer, et il fallait également joindre des plans détaillés des lieux avant et après travaux (nous avons fait les plans nous-mêmes, ce n’est pas obligatoire de passer par un architecte)

Pour plus d’informations, voir l’annexe 8 de la circulaire interministérielle n° DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 relative à l’accessibilité des établissements recevant du public, des installations ouvertes au public et des bâtiments d’habitation.

(C’est un document illustré, très compréhensible).

Les normes à respecter pour la sécurité

Nous avions également un petit dossier à faire montrant que nous respecterions bien les normes de sécurité qui doivent déjà être appliquées par tous.

Voici ce qui est obligatoire pour les orthophonistes (ERP catégorie 5, à partir du moment où nous n’accueillons pas plus de 19 personnes à la fois dans nos locaux) :

  • système d’alerte (au minimum un sifflet par bureau),

  • extincteur + affichage de sécurité concernant l’extincteur,

  • registre de sécurité,

  • affichage du plan d’évacuation,

  • affichage des consignes d’évacuation,

  • affichage des numéros d’urgence

Il est interdit d’utiliser des fiches multiples (= un bloc multiprise directement branché sur une prise) par contre l’emploi des socles mobiles est toléré (= une multiprise avec un câble au bout duquel se trouvent vos prises).

Pour plus d’informations, lire le livre III de l’arrêté du 25 juin 1980 portant approbation des dispositions générales du règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP). Seuls quelques articles vous concernent si vous accueillez moins de 19 personnes à la fois (PE 4 § 2 et 3, PE 24 § 1, PE 26 § 1 et PE 27). Si ce n’est pas le cas, pour une grosse maison médicale par exemple, les normes sont beaucoup plus contraignantes et vous êtes assujettis aux dispositions de l’ensemble des articles.

Edit du 03 avril 2013 : je viens d’apprendre que le ministère du développement durable et le ministère de la santé ont édité un guide à l’attention des professionnels de santé concernant l’accessibilité de leurs locaux. Plus d’infos et le guide à télécharger ici.

Edit du 25 mai 2015 : l’accessibilité de mes locaux datant maintenant de plusieurs années et la loi ayant été assouplie je ne suis plus en mesure de répondre à vos questions, je ferme donc les commentaires sur ce billet.

(Auteur du pictogramme : Sergio Palao Provenance: ARASAAC (http://catedu.es/arasaac/ Licence: CC (BY-NC-SA)).