Stocker et organiser des fichiers sur son iPad

La petite histoire

Si vous possédez un iPad la nouvelle ne vous aura sûrement pas échappé : la suite Office de Windows est disponible pour les tablettes Apple depuis la semaine dernière.

Les applications sont gratuites pour une utilisation en lecture de documents, mais il faut avoir un abonnement au service Office 365 pour pouvoir créer de nouveaux documents et/ou les synchroniser automatiquement entre votre PC et votre tablette.

Celle qui m’intéresse tout particulièrement est l’application Microsoft Office PowerPoint pour iPad. Pourquoi ? Parce que je rêve depuis longtemps de pouvoir utiliser sur tablette les documents proposés en partage sur Pontt, et que jusqu’à maintenant je n’avais pas encore trouvé d’application qui soit capable de lire ces présentations en conservant les animations à l’identique.

powerpointiActu_télécharger_App_Store_icônePour ceux qui veulent utiliser uniquement la version gratuite de l’application, je vous propose plusieurs solutions pour stocker et organiser vos fichiers .ppt sur votre tablette. Si vous avez un abonnement Office 365 il vous suffit de suivre le mode d’emploi de l’application.

Plusieurs solutions pour importer des fichiers dans PowerPoint

Avant de pouvoir lire un fichier dans l’application PowerPoint il faut que ce dernier soit stocké sur votre tablette. Comme d’habitude vous avez plusieurs options pour faire cela :

  • Vous auto-envoyer les fichiers par email : c’est la solution la plus utilisée mais aussi celle qui est la moins pratique pour retrouver et organiser vos fichiers.
  • Utiliser l’application Dropbox, avec la possibilité de mettre certains fichiers en favoris pour y avoir accès hors-connexion. C’est la solution la plus simple et la plus pratique à mon avis. Avec tout de même deux gros points noirs : l’espace de stockage gratuit est limité, et tous vos fichiers passent systématiquement par des serveurs externes (donc c’est toujours moyen en terme de confidentialité, de la même manière que les mails).
  • Utiliser une application spécifique de stockage de fichiers comme Phone Drive (1,79€ actuellement).

phone drive2iActu_télécharger_App_Store_icône

Importer des fichiers dans Phone Drive

Pour introduire des fichiers dans l’application Phone Drive vous avez plusieurs possibilités :

USB + iTunes

Vous pouvez transférer les fichiers de votre ordinateur vers votre tablette (et inversement) via un câble USB et le logiciel iTunes. C’est la solution la moins pratique mais elle permet de se passer de réseau wifi pour faire le transfert.

phone drive3

Wifi + navigateur

La seconde solution est d’utiliser le réseau wifi pour transférer le fichier via un navigateur. Pour cela, vérifiez d’abord que votre iPad et votre ordinateur soient connectés au même réseau wifi. Puis dans l’application Phone Drive cliquez sur le bouton de synchronisation en bas à droite de l’écran et choisissez « Mac/PC File Transfer ».

phone drive9Sur votre ordinateur ouvrez votre navigateur préféré (Firefox, Chrome, Safari, Internet Explorer ou autre) et tapez l’adresse IP fournie par Phone Drive (ici pour moi 192.168.0.49). Vous verrez alors apparaitre le contenu de votre appli Phone Drive à l’écran.

phone drive1De là vous pouvez très simplement glisser-déposer des fichiers de votre ordinateur vers cette page (en les déposant dans le cadre « Drop files here to upload »), ou les télécharger en cliquant sur « upload file ».

Vous pouvez également à l’inverse récupérer sur votre ordinateur les fichiers présents dans Phone Drive en cliquant sur « Download ».

Faire un transfert entre 2 appareils iOs

Vous pouvez également transférer des fichiers d’un appareil iOs à un autre via Bluetooth ou Wifi. Pour cela il faut connecter les deux appareils au même réseau wifi ou activer le Bluetooth sur les deux appareils.

phone drive8Puis il faut ouvrir l’appli Phone Drive sur les deux appareils et cliquer sur le bouton de synchronisation en bas à droite. Choisissez « iOs to iOs File Sharing » et attendez que votre autre appareil soit détecté.

Sélectionnez-le et suivez les instructions pour le partage (instructions en anglais mais ce n’est pas très compliqué).

Synchroniser des fichiers via Dropbox

Phone Drive propose aussi une option permettant de synchroniser des fichiers via Dropbox. Personnellement je n’en vois pas trop l’intérêt. A moins de vouloir transférer les fichiers par Dropbox mais de ne pas y avoir assez d’espace de stockage pour les y conserver. Bref, c’est possible.

phone drive6

Enregistrer la pièce jointe d’un email

Enfin il est possible d’enregistrer sur votre tablette un fichier reçu par email : dans l’application Mail cliquez sur la pièce jointe et maintenez votre doigt appuyé pendant quelques secondes. Choisissez de l’ouvrir dans Phone Drive.

phone drive10Dans l’appli Phone Drive ce fichier sera stocké dans le dossier « import » mais vous pourrez le déplacer ailleurs après si vous le souhaitez.

Les autres options de l’appli Phone Drive

L’appli Phone Drive vous permet aussi de créer de créer un fichier texte, un enregistrement vocal, une photo ou une vidéo directement dans l’application. Elle peut aussi créer une archive .zip à partir de plusieurs fichiers ou au contraire dézipper une archive (pratique quand vous recevez un fichier .zip par email et que vous voulez l’ouvrir sur votre tablette).

Ouvrir un fichier stocké dans Phone Drive avec une autre application

Une fois que vos fichiers sont stockés dans Phone Drive les ouvrir avec une autre application est très simple : il suffit d’ouvrir votre fichier dans Phone Drive puis de cliquer sur la petite icône en bas à gauche de l’écran. Choisissez « Open in » puis l’application de votre choix (par exemple PowerPoint), et voilà !

phone drive5Et vous ? Quelle application utilisez-vous pour stocker vos fichiers sur votre iPad ?

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à cliquer sur le bouton J’aime, à twitter l’info, à vous abonner à la Newsletter, et/ou à me laisser un petit commentaire ici, ça fait toujours plaisir !

Utiliser l’application Bitsboard pour générer des exercices

Aujourd’hui je voulais vous présenter une application iOs qui permet de générer facilement divers exercices à visée pédagogique : Bitsboard (version Lite gratuite ou Pro à 3,59€, et elle les vaut largement) par l’éditeur Grasshopperapps.

bitsboard proPrésentation de l’application

Il s’agit d’imagiers comprenant des images auxquelles sont systématiquement associés un son et un texte. Il est possible de créer ses propres imagiers mais aussi d’en récupérer des déjà faits par d’autres utilisateurs.

La première force de l’application c’est qu’à partir d’un imagier elle est capable de générer automatiquement un peu plus d’une douzaine d’exercices. Ses autres points fort résident dans ses fonctionnalités de partage et de personnalisation.

Dans les points négatifs on retrouve une interface en anglais, et le fait de ne pas pouvoir personnaliser par joueur les items à utiliser dans chaque imagier .

Créer un imagier

Pour créer un imagier il faut aller dans les réglages puis dans « Boards » et enfin appuyer sur le petit + en haut à droite et choisir « Create New Board ».

bitsboard_1Ensuite il suffit d’entrer le nom de l’imagier, de choisir éventuellement la ou les collections dans lesquelles on souhaite l’insérer, et de cliquer sur le gros + bleu pour ajouter la première image.

Ensuite je vous conseille de commencer par taper le mot de ce que vous recherchez comme image (en anglais si rien ne se passe en français). Appuyez sur le bouton « Terminé » et une liste de propositions d’images apparaitra en haut de l’écran. Choisissez celle que vous préférez. Si aucune image ne vous convient vous pouvez aussi cliquer sur la zone d’image et choisir une image dans l’album de votre iPad, prendre une photo en direct, ou récupérer une photo sur vos comptes Facebook, Flickr, Picasa ou Dropbox.

Enregistrez ensuite le son en cliquant sur le rond rouge (puis en appuyant sur le carré rouge pour arrêter l’enregistrement). Vous pouvez réécouter l’enregistrement en appuyant sur la flèche verte.

bitsboard_2Enfin si vous voulez changer le texte vous pouvez le faire à la fin mais au lieu de valider par « Terminé », sortez de la création. Pour sortir de la création de cette image, cliquez n’importe où sur le bord de l’écran (en dehors de votre zone de travail).

Vous pouvez ensuite ajouter autant d’images que vous le souhaiter dans votre imagier en suivant la même procédure.

Jouer

Pour jouer avec votre imagier il faut cliquer sur son dossier et choisir l’activité qui vous convient :

  • Flashcards : c’est un imagier dans lequel vous pourrez voir les images ainsi que leurs mots et écouter les sons associés, image par image.
  • Explore : cette activité propose une planche avec toutes les images de votre imagier. Vous pouvez sélectionner une image en particulier pour entendre le son et voir le mot associé.
  • Photo touch : le son est joué et le patient doit sélectionner l’image correspondante.
  • True or false : une image est proposée et il faut dire si le son et le texte (qui se correspondent) vont bien avec cette image
  • bitsboard_5Memory : on peut sélectionner plusieurs joueurs pour jouer à ce mémory dans lequel on aura les images et leurs sons associés.
  • Pop quizz : une image et le son correspondant sont proposés et il faut choisir le mot écrit qui convient parmi plusieurs propositions.
  • Match up : plusieurs images et leurs sons se situent d’un côté de l’écran, et il faut les déplacer sur le mot écrit correspondant.
  • bitsboard_4Word builder : il faut remettre dans l’ordre les lettres correspondant à l’image affichée.
  • Spelling Bee : il faut écrire au clavier le mot correspondant à l’image affichée.
  • Bingo : une planche d’images est proposée et chaque joueur doit à son tour sélectionner l’image dont il entend le son. S’il se trompe il doit continuer à chercher.
  • Reader : un mot écrit est proposé et il faut choisir parmi plusieurs l’image correspondante. Le son n’est pas joué automatiquement mais est disponible à l’écoute si besoin.
  • bitsboard_3Photo hunt : une planche d’images est proposée et chaque joueur doit à son tour sélectionner l’image dont il entend le son. S’il se trompe c’est au tour du joueur suivant.

Pour chaque exercice il est possible de régler le niveau de difficulté et/ou certains paramètres en allant dans les réglages, et ceci pour chaque joueur de manière indépendante.

bitsboard_6Il est aussi possible pour chaque imagier de sélectionner seulement les items qui nous intéressent. Pour cela il faut aller dans les réglages, sélectionner « Boards », puis choisir l’imagier et appuyer sur la petite coche en haut à droite de l’écran. Sélectionnez ensuite les images voulues.

bitsboard_8Avec la version « pro » de l’application, vous avez la possibilité de gérer plusieurs joueurs. Cela peut être intéressant pour personnaliser les réglages, comme dit auparavant mais aussi car l’application fait des statistiques sur les résultats à chaque jeu. A la fin d’un tour de « photo touch » par exemple vous pourrez savoir quelles images votre patient a mal désignées… et si vous lui avez associé un nom de joueur vous pourrez comparer ses résultats d’une fois sur l’autre !

Partager des imagiers

Dans cette application il est assez facile de partager ses imagiers avec les autres utilisateurs.

Pour cela rendez-vous dans les réglages, puis dans « Boards » et choisissez l’imagier que vous souhaitez partager. Cliquer ensuite sur « share » (il faudra que vous ayez créé un compte joueur avec un nom d’utilisateur et un mot de passe pour que cela fonctionne).

Il est tout aussi simple de trouver les imagiers partagés par les autres utilisateurs. Pour cela cliquez sur « Catalog ». Allez ensuite sur l’onglet « Shared » et vous allez trouver tout un tas d’imagiers en partage gratuitement. La plupart sont en anglais mais vous pourrez toujours modifier les sons et textes associés dans le menu d’édition ensuite. Pour les télécharger, appuyez sur le petit nuage avec une flèche.

Des imagiers en français sont disponibles aussi, dans Popular Topics il faut glisser vers la gauche pour dérouler toutes les pages. A ce jour 81 imagiers en tout sont proposés dans les sous-sections french 101 et french 102.

bitsboard_10

Enfin vous pouvez faire une recherche pour un mot/un thème particulier. Par exemple si vous cherchez /tr/ vous trouverez l’imagier des mots en /tr/ que j’ai partagé avec vous (merci à Coralie, ma stagiaire, qui m’a aidée dans ce travail).

bitsboard_9Je vous encourage d’ailleurs à noter dans les commentaires de ce billet votre nom d’utilisateur dans l’application, de cette manière nous pourrons nous partager très facilement des imagiers ! Le mien est tout simplement « Lydie ».

Des usages en orthophonie ?

Pfiou, je ne vais sûrement pas pouvoir tous les nommer mais dans des usages relativement élaborées j’ai pensé à l’utiliser comme :

  • un loto sonore en enregistrant des bruits comme sons associés aux images (certains imagiers le proposant déjà sont à disposition dans le catalogue),
  • un support de compréhension syntaxique à l’oral en enregistrant des phrases complètes comme sons associés aux images,
  • un support pour de la discrimination auditive : en mettant la lettre correspondant au son dans le texte, et en choisissant l’activité « True or False » avec comme réglage  « Audio Matches Image ». [Voir ma planche partagée « discrimination auditive f/v » pour un exemple. Je rajouterai des items à l’occasion]
  • un support de compréhension de lecture en mettant des phrases complètes dans le texte au lieu d’un seul mot,
  • d’autres idées ? Partagez-les dans les commentaires !

Et sur Android ?

Pour l’instant cette application n’est pas disponible sur Android mais si vous connaissez une application similaire n’hésitez pas non plus à le dire dans les commentaires.

[Edit du 14 avril 2014] La nouvelle version de Bitsboard Pro ajoute de nouvelles fonctionnalités comme la possibilité de choisir quels imagiers proposer à quel utilisateur, quels jeux laisser en accès à quel utilisateur. il est également possible de synchroniser ses tableaux avec son compte Dropbox, ce que je conseille vivement afin de conserver une sauvegarde des imagiers que vous avez créés. Avant de faire une mise à jour vers une nouvelle version de Bitsboard il est important de faire une sauvegarde de vos tableaux personnalisés via Dropbox pour éviter de tout perdre !!

Pour plus d’informations (en anglais) rendez-vous sur le tutoriel de l’éditeur : http://bitsboard.com/getting-started

Annoter des .pdf sur tablette

Lorsque la première tablette tactile est sortie, l’iPad 1, j’ai tout de suite imaginé les usages possibles en rééducation orthophonique. Le premier d’entre eux était l’affichage et la manipulation de fichiers au format .pdf.

Je vous ai déjà montré il y a quelque temps comment je procédais pour afficher sur l’iPad des .pdf stockés dans Dropbox. Cependant, dans mon imaginaire, j’aurais été à même de limiter grandement toutes mes impressions de fiches au cabinet. Pour cela, il me fallait une application permettant d’efficacement annoter des .pdf et de les sauvegarder sur mon ordinateur.

C’est chose faite depuis que j’utilise neu.Annotate+ PDF (1,79€), une application découverte via le blog d’un orthophoniste américain. Cette application permet d’annoter des .pdf sur la tablette, en y ajoutant du texte manuscrit, du texte saisi au clavier, en entourant, surlignant ou coloriant des items, et enfin en insérant des éléments graphiques (photo de l’album ou tampons préenregistrés dans l’application).

neu.Annotate+ PDF - neu.Pen LLCLes +

  • la synchronisation avec Dropbox
  • la facilité d’utilisation
  • la possibilité de dupliquer des documents, et de les renommer avant de les sauvegarder

Les –

  • actuellement j’ai un bug à l’utilisation de la gomme qui fait systématiquement planter l’application

Comment je m’en sers en rééducation ?

Désormais, il m’arrive de ne plus imprimer de fiches d’exercices à l’intention de mes patients. Je leur propose ces dernières directement sur la tablette.

Par exemple, lorsque j’utilise l’excellent matériel « Irréguliers en texte » créé par Fany Wavreille et édité par OrthoEdition, je n’imprime plus les pages de recherche d’intrus. Je transfère ces dernières sur la tablette via Dropbox et les patients entourent directement les intrus à l’écran. Ceci me permet de garder un support de lecture horizontal, mais de ne pas avoir à « gâcher » plusieurs feuilles de papier par séance.
De la même manière, je trouve que le texte est écrit en trop petits caractères dans l’exercice de séparation des mots. Sur la tablette, le problème est résolu en zoomant un peu.

Si je le souhaite, je peux ensuite garder une trace des productions de mes patients en retransférant le document sous un autre nom dans Dropbox. Attention, je considère que ces derniers ne sont pas des documents « confidentiels » dans le sens où ils ne contiennent pas d’informations nominatives sur le patient au moment où ils transitent par le service en ligne. Je me contente d’utiliser le prénom et l’initiale du nom du patient, et je sauvegarde ensuite les documents en local dans mes dossiers patients.

J’utilise également cette application pour tous les jeux de mots cachés, car il est très simple de zoomer, dézoomer, et surligner les mots trouvés.

Parmi les autres usages, je me sers de cette application pour annoter ou surligner des passages importants/intéressants dans les articles scientifiques que je lis.

Enfin, j’ai utilisé cette application lors d’une conférence pour prendre des notes sur les documents numériques fournis au préalable.

Au final neu.Annotate+ PDF fait partie de ces applications « couteau suisse » dont je ne pourrais plus me passer dans mon quotidien d’orthophoniste.

Je pense d’ailleurs qu’il existerait de nombreux autres usages que ceux que je viens de citer. Laissez libre cours à votre imagination dans les commentaires, je suis certaine que vous ne manquerez pas d’idées !

Nota : pour les utilisateurs de tablettes Android, on me dit à l’oreille que l’application ezPDF Reader fait très bien l’affaire.

Question Sleuth, le détective

La petite histoire

Il y a quelques temps j’ai été contactée par Zorten Softwares, une société qui développe des applications pour orthophonistes. En effet, ils recherchaient des testeurs pour l’une de leurs applications : Question Sleuth (1,59€) que l’on pourrait traduire par « Le détective ».

Question Sleuth - Zorten Software, LLCJ’ai accepté bien volontiers, ravie de voir à quoi pouvait bien ressembler les dessous de la création d’une application. Et bien je peux vous dire qu’ils n’ont pas chômé, nous avons reçu plus d’une dizaine de versions à tester en deux semaines. Tous les petits bugs que j’avais pu remarquer sur les premières versions ont été corrigés sur les versions ultérieures, et de nombreuses améliorations ont été implémentées.

Bref, tout ça pour dire que je suis bien contente d’avoir pu donner mon avis sur la création d’une application, mais aussi que cet avis ait été pris en compte (en passant, lorsque quelque chose vous dérange dans une application ou que vous avez des idées d’améliorations n’hésitez pas à contacter les développeurs, ils sont en général enchantés d’avoir des retours et bien souvent corrigent le bug ou ajoutent la fonctionnalité rapidement).

L’application

Le jeu proposé dans cette application se joue à deux : le premier joueur cache une étoile derrière un jeton, et le second joueur doit lui poser des questions pour deviner sous quel jeton est caché l’étoile.

Le jeu est livré avec 120 jetons, répartis en 10 catégories : cuisine, animaux, plage, vêtements, aliments, instruments, fête, sports, jouets et moyens de transports. Il est possible de sélectionner les jetons à utiliser un par un, ou catégorie par catégorie.

De plus il est facile de créer soi-même de nouvelles catégories et de nouveaux jetons, soit en utilisant une photo de l’album, soit en prenant une nouvelle photo, soit en cherchant dans un moteur de recherche (connexion internet nécessaire pour cette dernière option). A noter qu’il est possible de sauvegarder ou d’importer des catégories de jetons via Dropbox.

Une fois les catégories sélectionnées on choisit le nombre de jetons que l’on souhaite utiliser, et le jeu peut commencer.

Le premier joueur doit faire glisser l’étoile sur l’un de jetons et cliquer sur « done ». Puis le second joueur commence à poser ses questions.

Pour éliminer des jetons il lui suffit soit de les glisser dans la boite « toys » en haut à droite de l’écran, soit de cliquer dessus (pour faire vaciller le ou les jetons concernés) puis de cliquer sur la boîte.

S’il pense avoir trouvé l’étoile alors il clique sur le jeton pour le faire vaciller puis il clique sur le petit point d’interrogation en haut à droite de l’écran.

Il existe aussi un mode « open play » dans lequel on ne cache pas d’étoile mais où l’on peut tout simplement jouer à déplacer les jetons (pour les classer par exemple).

Les +

  • la personnalisation des catégories avec nos propres images
  • l’import/export via Dropbox
  • la simplicité d’utilisation
  • l’universalité, même si l’application a été développée en anglais il n’y a pas de voix et très peu de texte, elle est donc totalement utilisable en français.

Les –

  • l’écran d’accueil, très orienté « enfants »
  • les sons, mais il existe des boutons pour les désactiver (et je coupe très souvent le son de l’ipad dans tous les cas donc cela ne me gêne pas plus que ça)

Comment je l’utilise en orthophonie ?

  • pour travailler le lexique et en particulier la catégorisation (ex : est-ce que c’est un animal ? un animal marin ?…)

  • pour travailler sur d’autres traits sémantiques comme l’usage, les parties d’un objet (ex : est-ce que l’on peut jouer avec ? est-ce qu’il possède un manche ?)

  • pour travailler sur l’articulation (ex : en créant une nouvelle catégorie ne contenant que des mots en /ch/)
  • avec des enfants comme des adultes (pour ces derniers penser à créer des catégories à partir de photos et à lancer l’application hors de leur vue)

Et vous ? Comment l’utiliseriez-vous ? Dans quel objectif et avec quels patients ?

Nota : un exemplaire de cette application m’a été offert par l’éditeur en remerciement de ma participation à la phase de test, mais cette critique reflète uniquement mon avis personnel. Je n’ai reçu aucune autre compensation en échange de la rédaction de cet article.