[Tutoriel] Créer un tableau Bitsboard via Dropbox à partir de l’ordinateur

J’avais rédigé il y a quelques années un billet sur l’application Bitsboard qui permet de créer des imagiers et des exercices liés à ceux-ci.
L’application a bien changé en 6 ans, mais fonctionne toujours et est régulièrement mise à jour pour suivre les évolutions d’iOs. Parmi les changements appréciables, on peut citer la traduction de l’interface en français par exemple.

Mais aujourd’hui, je voulais vous présenter une option qui n’existait pas à l’époque : la possibilité de créer rapidement vos plateaux directement à partir de votre ordinateur.

Pour l’exemple, j’ai créé ici un plateau avec les photos et les chants d’oiseaux que l’on trouve communément chez nous. Je suis souvent frustrée de ne pas les reconnaitre et je trouvais que cela ferait une bonne activité à partager avec mon fils, mais vous pouvez bien entendu appliquer cela à la rééducation orthophonique.

Nota : j’utilise sur mon iPad la version 37.4.1 de l’application Bitsboard Pro.

Voici les différentes étapes de la création :

Autoriser l’application Bitsboard à communiquer avec Dropbox

A noter que la 1ère fois que vous ferez une manipulation entre Bitsboard et Dropbox vous aurez une demande d’autorisation qu’il vous faudra accepter.
Je vous suggère de commencer par sauvegarder vos plateaux personnalisés sur votre Dropbox, et qui vous permettra d’en garder une copie en lieu sûr en cas de bug de l’application, ce qui arrive fréquemment lors de ses fréquentes mises à jour.

Pour cela allez dans les paramètres utilisateurs de l’application (en sélectionnant l’icône représentant votre utilisateur en haut au centre de l’écran principal), puis cliquez sur « plateaux ».
Sélectionnez le plateau que vous souhaitez sauvegarder et cliquez sur l’icône d’export en haut à droite de l’écran. Choisissez « Télécharger sur Dropbox ».

Créer un dossier sur l’ordinateur

J’ai simplement créé un dossier dans ma Dropbox, dans le sous-dossier « Bitsboard », et j’y ai inséré des fichiers images et des fichiers sons portant le même nom.

Pour les images (libres de droit) je suis allée me servir sur Pixabay, et pour les sons sur Sound-Fishing et oiseaux-faune.net

Sachez par ailleurs que vous pouvez de la même manière créer des plateaux ne contenant soit que des sons, soit que des images.

Importer le contenu du dossier dans Bitsboard

Une fois votre dossier créé sur votre ordinateur, il ne vous restera plus qu’à l’importer dans Bitsboard.

Pour cela allez dans les paramètres utilisateurs de l’application (en sélectionnant l’icône représentant votre utilisateur en haut au centre de l’écran principal), puis cliquez sur « plateaux ». Le signe + en haut à droite vous permet d’ajouter de nouveaux plateaux. Sélectionnez « Importer à partir de Dropbox ».

Choisissez ensuite quel dossier importer et validez en cliquant sur « importer »

Et voilà, votre nouveau plateau est créé !

 

Et vous ? Avez-vous déjà testé cette fonctionnalité ? Utilisez-vous l’application Bitsboard ?

PS : Partageons nos plateaux

J’avais proposé à l’époque de partager nos noms d’utilisateurs pour pouvoir s’échanger des plateaux, voici les noms d’utilisateurs qui m’avaient été fournis : Lydie (moi), kikifoufou, sylvie c, Claire Ortho, Cornelia Berger, MagaliOrtho, Morgane, Clarinette, sylo, Orthophoniste ASP, nathalie. N’hésitez pas à partager les vôtres également !

Application SODHEV pour accompagner les personnes avec autisme dans la prise en charge des soins dentaires.

En décembre 2019, l’UNADREO a organisé ses XIXèmes Rencontres internationales d’orthophonie sur le thème des « Troubles du Spectre de l’Autisme ». Parmi les interventions, j’ai particulièrement apprécié celle du Dr Bory, chirurgien dentiste, qui nous a présenté le « Programme Autisme & Santé Orale » (PASO) qui permet d’accompagner les personnes avec autisme dans la prise en charge des soins dentaires.

Dans le cadre de ce programme, un ensemble de documents sont mis à disposition sur le site web de l’association SODHEV (Santé Orale, Handicap, Dépendance Et Vulnérabilité), et il existe également une application, disponible pour iOs (et Android normalement, même si elle semble avoir disparu du Play Store ces derniers jours).

Je vais de mon côté vous présenter rapidement l’application et ses différents outils.

L’application SOHDEV Santé Orale

L’application se présente sous la forme de 6 rubriques permettant d’explorer en détail la question des soins dentaires, c’est à dire le rôle de la bouche, comment prendre soin de ses dents, préparer la première visite chez le dentiste et les soins dentaires.

Rubrique pictogrammes

Elle permet de visualiser un ensemble d’images pour réaliser le brossage dentaire et préparer les visites chez le dentiste. Ces pictogrammes sont rassemblés en 6 thèmes :

  • Le rôle de la bouche
  • Le brossage dentaire
  • La visite chez le dentiste
  • Les instruments du dentiste
  • La radiographie
  • MEOPA (Mélange équimolaire oxygène protoxyde d’azote) (plus d’informations à ce sujet ici)

Il peuvent être vus en grand format accompagnés d’un enregistrement audio décrivant l’image. Il est également possible de télécharger l’ensemble de ces pictogrammes dans un document PDF.

Rubrique Bandes dessinées

Elle présente 4 animations à propos du brossage dentaire :

  • Une vidéo d’un petit garçon qui modélise l’ensemble des étapes du brossage,
  • Deux BDs présentant la journée de Ti’Boy (un petit garçon) ou de Ti’Dent (une dent)
  • Une animation de la BD de Ti’Dent

La vidéo du brossage est très détaillée et peut-être proposée en visionnage en parallèle du brossage de dents réel de l’enfant.

Il est également possible de télécharger les BDs en PDF.

Rubrique Bandes Sons

Elle propose une familiarisation avec les sons des instruments présents chez le dentiste.

Rubrique Conseils Pratiques

Elle donne accès à différents documents avec des conseils et recommandations relatifs à la préparation des visites chez le dentiste et aux gestes de prévention. Les documents peuvent être téléchargés et lus sur la tablette ou le téléphone, ou encore imprimés.

Tutoriels et Contact

Les deux dernières rubriques permettent de prendre en main l’application et d’obtenir les informations de contact pour l’association SOHDEV.

Mon avis

L’application est très complète et permet d’obtenir un ensemble d’informations et de soutien pour accompagner les enfants souffrant de handicap (pas seulement de troubles autistiques d’ailleurs) dans les soins dentaires.

Je n’ai pas eu l’occasion de la tester en situation mais j’aurais vraiment aimé en disposer il y a quelques années avec l’un de mes patients qui a subi une visite dentaire horrible (chez un dentiste non formé à l’accompagnement des personnes souffrant de TSA). J’avais essayé de l’accompagner comme je le pouvais en préparant la visite à l’avance mais clairement le fait de pouvoir écouter les sons des instruments par exemple est un vrai plus ici.

Bref, un outil à connaître et à diffuser largement !

3 exemples simples d’utilisation de Thinglink en orthophonie

Connaissez-vous Thinglink ? Ce service permet de créer des images interactives, des vidéos et des médias à 360°. Il existe déjà depuis de nombreuses années, et peut être utilisé en ligne, ou via des applications pour les iPads et les tablettes Android.

Les utilisations en rééducation sont multiples, et avec tous types de patients. Je vais donc pour aujourd’hui me contenter de vous proposer 3 exemples d’usages en orthophonie, vous me direz si par la suite vous souhaitez que j’en développe d’autres.

A noter que je ne peux pas inclure directement mes créations Thinglink sur le blog, je vais donc mettre les images non interactives et il faudra cliquer dessus pour accéder à leurs équivalents interactifs.

Apprentissage de signes LSF

Ici l’idée est d’associer une planche d’imagier à des vidéos de signes en LSF.
Ce support peut ensuite être partagé avec les patients et/ou leur famille pour servir de mémo lors de l’apprentissage de signes LSF.
En séance, on peut jouer aux devinettes par exemple : je regarde la vidéo sur la tablette, je reproduis le signe et l’autre joueur doit tapoter sur le bon aliment. Puis on inverse les rôles.
En cliquant sur l’image ci-dessous vous verrez un exemple créé avec des vidéos issues du dictionnaire Elix.

Image par Annalise Batista de Pixabay

Hors rééducation on pourrait également imaginer créer des planches d’imagier avec tous les pictogrammes d’un niveau en Makaton pour aider les personnes formées à réviser !

Description d’image / Récit :

Deuxième idée à utiliser directement en séance avec le patient (enfant, adulte…) : choisir une image à décrire et compléter directement les tags avec lui, soit par écrit (les étoiles sur l’exemple), soit par oral (les micros sur l’exemple). J’ai choisi de mettre de petites phrases mais on peut également utiliser seulement un mot, ou bien des paragraphes plus fournis. A adapter bien entendu en fonction de vos objectifs de rééducation, les possibilités sont infinies !
Concernant l’image, celle que j’ai utilisée ici est libre de droits et trouvée sur Pixabay mais pour un usage non partagé sur le web (= usage personnel) vous pouvez également utiliser des images complexes telles que celles trouvées dans ce tableau pinterest par exemple).
Pour ce qui est de l’enregistrement de l’audio j’ai trouvé plus simple de le faire sur tablette (iPad ici), alors que la version web de son côté contient plus de possibilités de mise en page.

Pour voir l’image interactive cliquez sur l’image ci-dessous.

Image par S. Hermann & F. Richter de Pixabay

Création d’un jeu de plateau pour l’assemblage de syllabes simples

Pour cette dernière idée je me suis appuyée sur le logiciel Artiskit pour créer un plateau de jeu de type « serpents et échelles » et j’ai ajouté dans les cases soit des syllabes simples à lire, soit de l’audio contenant 2 phonèmes prononcés l’un à la suite de l’autre (ex : /p/ /a/), l’idée étant de faire la fusion des phonèmes et de prononcer la syllabe cible. Pour utiliser ce tableau, le principe est d’ouvrir Thinglink sur la tablette et de déplacer les pions directement à l’écran.

Pour voir l’image interactive cliquez sur l’image ci-dessous.

Et vous ? Comment utiliseriez-vous ce service ? Avec quels patients et pour atteindre quel objectif ?

Seriez-vous intéressés par un autre billet décrivant des usages plus avancés (utilisation dans le cadre de la mise en place d’une CAA ou comme outil de CAA, création de vidéos interactives… ou autre) ?

[Nota : la licence d’Artiskit m’a été offerte par l’éditeur]

Visual Multiplication Table

Aujourd’hui je vais vous parler d’une application développée par Esa Helttula (iDevBooks) : « Visual Multiplication Table ».

Comme son nom l’indique, cette application permet de visualiser une notion mathématique qui peut s’avérer difficile à appréhender, d’autant plus pour les patients dyscalculiques que nous recevons en rééducation. Son interface est en anglais mais est assez sobre pour être facilement utilisable y compris si vous ne maitrisez pas la langue de Shakespeare.

Que fait cette application ?

La description de l’application avec des mots étant assez fastidieuse je vous ai préparé une petite vidéo.

Comment peut-on l’utiliser en orthophonie ?

  • Pour aider à découvrir et comprendre le sens de la multiplication (en parallèle de la manipulation de matériel concret bien entendu),
  • Pour travailler à l’automatisation des tables de multiplication à l’aide de la fonctionnalité « Solve ». On peut faire des séries chronométrées de remise en ordre de tous les éléments d’une table isolée, ou de plusieurs tables simultanément. Sans oublier de fonctionner sur les deux axes (en ligne et en colonne).
  • Pour servir de support lors de la simplification de fractions grâce à la fonctionnalité « Groups » (ex : si je veux décomposer 78 en nombres premiers alors je peux tapoter 78 et je vois que c’est égal à 2×39, 3×26 et 6×13. Je peux donc en déduire que c’est égal à 2x3x13)
  • Comme outil de compensation numérique pour les élèves dyscalculiques équipés d’un iPad, à justifer auprès des instances concernées lors de la mise en place de l’outil.

Et vous ? Comment l’utiliseriez-vous ? Avec quels patients ?

Appsmashing en orthophonie

Aujourd’hui je voulais vous parler d’un concept qui est super intéressant lorsqu’on utilise les tablettes : l’appsmashing.

Mais tout d’abord un tout petit mot pour dire que vous m’avez manqué et que je suis contente de revenir par ici ! J’espère pouvoir retrouver un rythme de publication plus régulier à partir de cet été (d’ici là j’ai encore un mémoire à terminer donc ça me semble compliqué de promettre quoi que ce soit).

L’appsmashing, kesako ?

Donc revenons à notre sujet : l’appsmahing, c’est quoi ? Et bien c’est le fait d’utiliser plusieurs applications les unes après les autres sur la tablette, pour arriver à une création finale.

Un exemple

  • J’utilise Notability pour réfléchir à mon livre numérique et faire un « storyboard »,
  • Avec mon navigateur, je vais trouver une image libre de droit sur pixabay.com pour la couverture,
  • Je l’enregistre dans ma pellicule photo,
  • Je fais plusieurs vidéos grâce à l’application Sock Puppets. J’enregistre mes créations dans la pellicule photo,
  • J’ouvre l’application Book Creator et je créé un livre numérique intégrant tous les éléments précités,
  • J’enregistre mon livre numérique au format .epub et je l’ouvre dans l’application iBooks pour le lire.

(nb : cet exemple a été créé sur iPad, mais il existe des applications similaires pour faire cela avec une tablette Android)

Quel intérêt en orthophonie ?

Ce concept a énormément d’intérêt en orthophonie, surtout lorsque l’on souhaite adapter au mieux l’utilisation de la tablette au patient qui se trouve en face de nous.

Grâce à cela, la tablette passe vraiment d’un outil de consommation de contenu, à un outil de création (je vous parlerai un jour du modèle SAMR à ce sujet). Et quand on connait l’imagination et les capacités créatives des orthophonistes on se dit que cela ne peut que coller !

En plus, cette technique permet à ceux et celles qui ne sont pas forcément très bons en dessin (comme moi…), de faire des créations sympas en quelques minutes.

Ça m’intéresse mais ça m’a l’air compliqué…

Pas de panique ! Si jamais vous êtes dans la région lyonnaise, je vous ai concocté une formation qui aura lieu tout bientôt (les 6 et 7 juin à Villeurbanne), et il reste des places ! Nous aborderons le concept d’appsmashing mais aussi d’autres sujets comme l’utilisation du cloud pour gérer ses fichiers, la réalité augmentée, et les applications de productivité pour gérer son quotidien de professionnel.

Vous trouverez les modalités d’inscription et le programme complet ici.

Venez nombreux, on va appsmasher ensemble 😉

Et pour les autres il faudra patienter un peu, je vous donnerai certainement d’autres pistes dans de futurs billets.

Et vous ?

Est-ce que vous faites de l’appsmashing avec votre tablette (peut-être sans le savoir) ? Quelles sont vos associations d’applications favorites ?

Les applis Vocabulynx, parfaites en séance

Me revoilà après quelques mois d’absence pour de nouvelles critiques d’applis. Vous risquez d’ailleurs d’en avoir beaucoup ces prochains temps parce que j’ai du retard dans ce que je souhaitais vous présenter. J’espère que vous apprécierez !!

Vocabulynx, le principe

Pour commencer voici donc les applis Vocabulynx, de l’éditeur Adaptiim. Il en existe toute une collection, et elles sont disponibles à la fois pour iOs et pour Android, à un prix modique.

De mon côté j’ai testé Vocabulynx CP1, CP2 et CE1 sur iOs, et Vocabulynx Confusions (b*d) sur Android.

Le principe est à chaque fois le même : il faut retrouver l’élément unique entre les étiquettes images et les étiquettes mots présentes à l’écran (un peu comme dans le Dobble).

vocabulynx_1

vocabulynx_2

Il existe 3 modes de jeu :

  • Entrainement : on joue aussi longtemps qu’on le souhaite
  • 10 cartes : une partie dure 10 manches, et on obtient à la fin un score en nombre de points, nombre d’erreurs, pourcentage de précision et temps
  • 2 minutes : une partie dure 2 minutes, et on obtient à la fin un score en nombre de points, nombre de manches, nombre d’erreurs, et pourcentage de précision

Dans chaque mode de jeu il est par ailleurs possible de choisir son niveau comprenant au choix de 3 à 8 images. Enfin, on peut jouer en option « lecture » (celui que je viens de vous présenter) ou en option « attention » dans lequel les mots sont également écrits sur les images.

vocabulynx_3

Enfin dans Vocabulynx Confusions (b*d) [mais (m*n) existe aussi], il est possible de choisir uniquement des mots contenant l’une des deux graphies, ou de mélanger les deux.

Les +

  • les différentes applications ont des niveaux bien calibrés : graphies simples pour CP1, graphies doubles pour CP2, graphies complexes pour CE1 (et la version CE2 existe également avec des mots irréguliers),
  • les graphismes sont agréables, adaptés aussi bien aux enfants qu’aux adultes (la mention de la classe n’apparait pas une fois l’application lancée)
  • les polices utilisées sont différentes pour chaque mot,
  • il est possible de changer de niveau en cours de partie, sans avoir besoin de revenir à l’accueil de l’application,
  • l’ergonomie des applications est super : simple et bien pensée

Les –

Ce seront plutôt des suggestions d’amélioration :

  • il n’y a pas de possibilité d’exporter les résultats (avec un envoi par email par exemple),
  • on ne peut pas choisir les mots utilisés.

Comment je les utilise avec mes patients ?

J’ai utilisé ces applis avec trois types de patients :

  • des enfants dyslexiques,
  • un patient aphasique global avec lequel j’ai utilisé l’option « attention » pour qu’il fasse de la comparaison entre les mots sur les étiquettes images et les mots seuls,
  • une patiente souffrant d’une maladie d’Alzheimer avec laquelle nous avons justement travaillé sur la flexibilité grâce aux différentes graphies (et nous avons aussi travaillé sur l’évocation au passage)

Vu le prix modique (et la disponibilité aussi bien pour iOs que pour Android) on pourrait aussi imaginer conseiller ces applications aux parents pour entrainer la lecture à la maison.

Et vous ? Comment utiliseriez-vous ces applications ? Avec quels patients ?

NB : certaines de ces applications m’ont été offertes par l’éditeur, mais cette critique ne reflète que mon avis objectif.